5 min de temps de lecture 18 juin 2020

Energies renouvelables : quelle contribution à l’économie en France ?

Les Français sont très majoritairement favorables aux énergies renouvelables. Toutefois, certains Français s’interrogent encore sur les retombées économiques réelles liées au développement des énergies renouvelables.

Les différentes enquêtes d’opinion montrent de manière récurrente que les Français sont très majoritairement favorables aux énergies renouvelables. Néanmoins, certains s’interrogent encore sur les retombées économiques réelles liées au développement de ces énergies. Face à ce questionnement légitime, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) a décidé d’analyser, la contribution des énergies renouvelables à l’économie de notre pays et de ses territoires. Nous les avons aidés dans cette analyse.

Afin d’éclairer le débat public, le SER a étudié quatre indicateurs (création d’emplois, création de valeur ajoutée, retombées fiscales et impact sur la facture énergétique) et modélisé leur évolution sur l’ensemble de la période de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), véritable feuille de route énergétique de la France pour les dix prochaines années.

Cet exercice  a également donné l’occasion au SER de confronter ce « scénario PPE » à deux autres scénarios alternatifs. Le premier de ces deux scénarios est construit à partir d’objectifs renouvelables plus ambitieux, élaborés par le SER et ses adhérents à l’occasion du débat public sur la PPE (scénario « SER »). Le second a vocation à mesurer l’impact d’une politique industrielle encore plus affirmée en matière d’énergies renouvelables (scénario « politique industrielle renforcée »). Ces différentes analyses démontrent que, au-delà des bénéfices en matière de lutte contre le changement climatique, d’indépendance énergétique et de santé publique, les énergies renouvelables apportent aujourd’hui une contribution essentielle à l’économie de la France, et apporteront encore davantage demain.

Messages clés

1. Un très fort dynamisme économique

Le développement des énergies renouvelables tel que prévu par la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) va générer un très fort dynamisme économique avec l’atteinte en 2028 de 24 milliards d’euros de valeur ajoutée brute en France, soit plus de 10 % de la valeur ajoutée créée actuellement par le secteur industriel.

2. Un nombre significatif d’emplois créés

L’emploi est le premier bénéficiaire de cette activité économique, les salaires correspondant à environ 50 % de la valeur ajoutée créée. Les énergies renouvelables représenteront 264 000 emplois (Équivalent temps plein – ETP) directs et indirects en 2028.

3. Une valeur ajoutée qui profite à l’économie nationale

La valeur ajoutée créée par le développement des énergies renouvelables profite essentiellement à l’économie nationale avec plus de 80 % de la valeur économique localisée en France.

4. Des retombées fiscales supérieures au soutien public

Les retombées fiscales et la valeur ajoutée générées par les énergies renouvelables sont bien supérieures aux montants des soutiens publics qui leur sont consacrés. Chaque euro de soutien public investi dans les énergies renouvelables génère en moyenne 2 euros de valeur ajoutée en 2019.

5. Une amélioration de la facture énergétique de la France

Les énergies renouvelables jouent un rôle important dans l’amélioration de la facture énergétique de la France : elles ont permis d’économiser 4,6 milliards d’euros d’importations en énergies fossiles en 2019 dans les secteurs de la chaleur et des transports.

6. Des territoires très largement bénéficiaires du développement des énergies renouvelables.

Les retombées fiscales des énergies renouvelables vers les collectivités locales sont estimées à 1 milliard d’euros en 2019, et à 1,6 milliard d’euros en 2028. Près d’un tiers de ces retombées bénéficient directement aux communes et intercommunalités.

7. Une marge de progression encore assez importante

Une ambition plus forte en matière d’objectifs renouvelables dans la PPE se traduirait par une création de valeur supplémentaire de 21 milliards d’euros sur la période 2019-2028, soit 10 % en plus par rapport à la trajectoire PPE.

8. Une stratégie de densification du tissu industriel français afin que les énergies renouvelables contribuent davantage à l’économie française

Augmenter le contenu local des différentes filières renouvelables en diminuant les importations par deux et diminuer la part du marché gris dans la filière bois domestique génèrerait 20 milliards d’euros de valeur ajoutée supplémentaire.

Recommandations

1. Garantir la pérennité des filières renouvelables existantes et le respect des trajectoires de développement des énergies renouvelables définies dans la PPE

La modélisation menée dans cette étude le montre : mettre en œuvre les objectifs de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) se traduira par des retombées économiques majeures pour la France. Il est donc fondamental de poursuivre les efforts entrepris ces dernières années afin d’accompagner l’accélération du développement des énergies renouvelables et de respecter les trajectoires de la PPE : poursuite des efforts de simplification règlementaire engagés afin de réduire au maximum le temps de développement des projets ; anticipation accrue des besoins de renforcement des réseaux ; développement et stabilisation d’un cadre économique favorable au déclenchement d’investissements par nature capitalistiques ; mise en place d’une politique de formation et de gestion des compétences répondant aux besoins des acteurs des filières pour concrétiser les ambitions de la PPE.

2. Accroître le niveau d’ambition de la PPE pour exploiter pleinement le potentiel de création de valeur des énergies renouvelables

Rehausser le niveau d’ambition de la PPE, à horizon 2023 et 2028, en ligne avec les gisements identifiés par le SER, se traduirait par des retombées économiques additionnelles. Les ajustements futurs de la PPE devront se concentrer sur un renforcement des objectifs dans le gaz renouvelable, l’éolien en mer, le bois énergie domestique et la géothermie.

3. Mettre en place une stratégie de densification du tissu industriel local

Aujourd’hui, 80 % de la valeur créée par le développement des énergies renouvelables profite à l’économie nationale. Une marge de progression reste toutefois possible à travers la mise en place d’une stratégie de densification du tissu industriel français. Celle-ci peut passer par différents axes, et notamment :

  • Une démarche de structuration de filière, à l’image du programme Windustry initié par le SER, afin d’identifier et de renforcer le tissu des fournisseurs de biens et services, qui sont souvent des PME ;
  • Un processus de suivi du contenu local, à l’image des démarches engagées dans le Comité stratégique de filière pour les Nouveaux systèmes énergétiques ;
  • La mise en place, dans le cadre du Pacte productif, d’un environnement fiscal permettant aux entreprises d’investir plus facilement dans la transition énergétique ;
  • Le développement d’une offre de formation qui permette de répondre aux besoins de compétences nouvelles identifiées sur le terrain.

Ce qu'il faut retenir

Cette publication du Syndicat des Energies renouvelables (SER), en partenariat avec EY France, analyse la contribution du développement des énergies renouvelables à l’économie française et de ses territoires. Création d’emploi et création de valeur ajoutée au bénéfice des territoires, les énergies renouvelables apportent aujourd’hui une contribution essentielle à l’économie de la France, et pourront apporter encore d’avantage demain à travers une stratégie de densification du tissu industriel français.

A propos de cet article

Par

Alexis Gazzo

Associé, Sustainable Performance & Transformation, France

Accompagner la transition énergétique et climatique.