6 min de temps de lecture 15 janv. 2020
Le risque climat devient un enjeu de taille pour les entreprises

Le risque climat devient un enjeu de taille pour les entreprises

Par

Alexis Gazzo

Associé, Sustainable Performance & Transformation, France

Accompagner la transition énergétique et climatique.

6 min de temps de lecture 15 janv. 2020

Le risque climat est désormais un risque concret qu’il devient impératif d’évaluer, d’anticiper et d’intégrer à toute stratégie d’entreprise.

Harvey, Sandy, Maria, Dorian aux Antilles, Lorenzo près des côtes européennes... Conséquence du réchauffement climatique, le rythme des cérémonies de baptême d’ouragans s’est accéléré ces dernières années. Et rien n’indique que cette tendance puisse à terme s’inverser. Dans ce contexte, le risque climat n’est donc plus un aléa difficilement prévisible pour les entreprises. Il est désormais un risque concret pesant sur les chaînes d’approvisionnement et de communication, sur les productions agricoles, manufacturières, énergétiques. Un risque qu’il devient impératif d’évaluer, d’anticiper et d’intégrer à toute stratégie d’entreprise.

Mais si ces risques physiques font l’objet de modèles d’analyse de plus en plus complexes et élaborés, leurs impacts financiers restent encore mal identifiés et difficiles à anticiper. L’exemple de d’un électricien californien qui a subi la première faillite liée au climat début 2019, a été un véritable électrochoc pour la communauté des investisseurs.

Par ailleurs, à ces risques « physiques » s’ajoutent les effets attendus des nouvelles réglementations favorisant la transition vers une économie décarbonée sur les actifs de l’entreprise (sensibilité des coûts de production à une évolution du prix du carbone ou de l’énergie, valorisation des actifs et des sociétés en portefeuille, etc.), sur la supply chain et sur le positionnement marché (concurrence avec des produits à plus faible intensité carbone notamment).

De la nécessité de repenser la gouvernance, au service de la performance

Au regard de l’ensemble de ces éléments, quels sont les défis auxquels les dirigeants d’entreprise sont aujourd’hui confrontés ? Dans un premier temps, ils doivent mesurer le niveau d’exposition au risque « climat » de leur entreprise avant de se donner ensuite les moyens de saisir les opportunités de croissance offertes par la transition énergétique.

Comment ? En répondant à trois exigences.

  • La première est d’ordre stratégique : en développant des produits et services en phase avec les attentes des clients et des consommateurs, ainsi qu’une offre innovante qui assurera les relais de croissance de demain.
  • La deuxième est financière : en répondant aux exigences croissantes des actionnaires, en lien avec l’article 173 de la loi sur la transition énergétique votée en 2015, en élargissant la base d’investisseurs et en optimisant le coût du capital.
  • La troisième relève de la gestion des ressources humaines : en permettant à l’entreprise d’attirer les talents nécessaires à son développement.

Cette transformation est loin d’être anodine. Pour être réussie et pleinement efficace, elle implique nécessairement une adaptation des instances de gouvernance et des outils de pilotage.

Faire converger les données financières et extra-financières          

La tâche est encore ardue, les éléments de mesure de la performance à l’aune du risque climat pouvant être complexes et déconnectés de la réflexion stratégique pour un non-initié. Dans ce contexte, la convergence des données financières et extra-financières fiabilisées est une solution à privilégier pour fournir au management la visibilité nécessaire sur l’exposition au risque climat et sur la vitesse de la transition bas-carbone.

Certains secteurs sont en avance et indiquent le chemin à suivre, notamment l’énergie et la mobilité au sens large, fortement impactées par le changement climatique et ses conséquences.

Espérons que les transformations en cours dans ces deux secteurs fassent des émules et incitent toutes les entreprises à redéfinir les notions de compétitivité et d’attractivité vis-à-vis de leurs clients, leurs fournisseurs mais aussi les investisseurs et les jeunes talents.

Leur compétitivité en dépend, voire leur survie si une transformation n’est pas encore engagée.

Ce qu'il faut retenir

Risques physiques et nouvelles réglementations : le risque climat devient un enjeu de taille pour les entreprises. En effet, il a des conséquences sur les chaînes d’approvisionnement et de communication, sur les productions agricoles, manufacturières, et bien évidemment énergétiques. C’est donc devenu un risque impératif à évaluer, à anticiper et à intégrer à toute stratégie d’entreprise.

A propos de cet article

Par

Alexis Gazzo

Associé, Sustainable Performance & Transformation, France

Accompagner la transition énergétique et climatique.