7 min de temps de lecture 9 mars 2021
rapport-de-responsabilite

Rapport de responsabilité sociale, économique et environnementale

Par Eric Fourel

Country Manager, France

Éric œuvre pour l’intégration de son expertise au cœur de la réalité économique.

7 min de temps de lecture 9 mars 2021

Découvrez l’édition 2021 du Rapport de responsabilité sociale, économique et environnementale d’EY en France.

Introduction de Eric Fourel, Country Manager d’EY en France

Les enjeux sociaux et environnementaux ont pris une dimension encore plus fondamentale avec la crise sanitaire.

Chez EY, nous sommes convaincus que cette crise peut créer les conditions d’une conscience plus aigüe encore dans la façon dont les entreprises font vivre au quotidien leurs engagements sociaux et environnementaux. Elle souligne en effet la nécessité d’une attention de tous les instants portée à l’autre, en particulier aux personnes les plus vulnérables, et nous rappelle que l’humain est au cœur de toute construction entrepreneuriale.

Dans ce nouvel environnement, les relations de confiance réciproques sont la condition essentielle de la réussite : confiance envers les collaborateurs, notamment pour qu’ils ne relâchent en rien leur engagement en dépit de conditions de vie plus difficiles ; confiance des collaborateurs envers leur entreprise et la société pour assurer leur sécurité au travail et créer un environnement professionnel résilient et agile. Confiance aussi au niveau de l’ensemble des parties prenantes d’EY pour que notre capacité à créer de la valeur et remplir notre rôle sociétal soit pleinement réalisée.

Chez EY, nous sommes convaincus que cette crise peut créer les conditions d’une conscience plus aigüe encore dans la façon dont les entreprises font vivre au quotidien leurs engagements sociaux et environnementaux.

Eric Fourel

Country Manager, France

 

La performance durable d’EY en France repose en définitive avant tout sur la confiance collective de ses collaborateurs et leur engagement individuel, ainsi que sur la confiance que lui accordent ses clients. Nous montrer digne de cette confiance est donc naturellement notre obsession permanente.

C’est pourquoi nous devons continuer à agir, plus que jamais, sur chacun des points critiques de notre écosystème de façon à démontrer que nos actions convergent de manière cohérente vers un développement durable et responsable pour nos équipes, nos clients et la planète.

Comment ? Chez EY, nous nous sommes fixés des objectifs audacieux sur chacun des piliers de notre stratégie qui consistent en des mesures concrètes détaillées dans ce rapport : plus d’inclusion, d’éthique, de qualité, de compréhension des enjeux RSE et moins de consommation, d’émissions carbone, de gaspillage.

Pourquoi ? Parce que chez EY, nous voulons apporter toute notre contribution à l’émergence d’une nouvelle performance plus responsable, fondée sur une vision partagée par l’ensemble des acteurs économiques des droits humains et de la préservation de la planète.

Enjeux RSE prioritaires

L’analyse de matérialité réalisée pour EY en France a permis d’identifier trois enjeux majeurs, détaillés au sein de notre rapport de responsabilité :

1.       Créer durablement de la valeur pour nos clients

2.      Développer nos talents dans un environnement humain

3.      Avoir une empreinte sociétale positive

Enjeu n°1 : créer durablement de la valeur pour nos clients

Notre analyse de matérialité souligne l’importance pour EY d’assurer nos missions dans le respect de l’éthique, de l’indépendance et dans le respect de la transparence.  Cet aspect est une brique fondamentale de nos 5 métiers, et fait l’objet d’une partie dédiée au sein du rapport RSE.

Également nécessaires pour assurer de la valeur pour nos clients, première ambition de notre stratégie NextWave, sont notre capacité à assurer des missions de qualité, en protégeant les données de nos clients et de nos collaborateurs, en contribuant à l’innovation et prenant notre part dans la nécessaire transformation durable des entreprises.  Enfin, EY doit poursuivre son ancrage dans son territoire.

  • 1 code de conduite mondial signé par notre CEO ainsi que par l'ensemble des associés et collaborateurs ;
  • 100+ experts Développement durable au sein d’EY en France (1200 au niveau mondial) accompagnent les entreprises, les pouvoirs publics et les institutions internationales sur ces questions ;
  • 8/10 de recommandation moyenne par nos clients, au sein de la région Western Europe Maghreb ;
  • 80 études publiées sur l’année fiscale FY20 et accessibles à tous.

Enjeu n°2 : Développer nos talents dans un environnement humain 

Notre analyse de matérialité souligne l’importance, pour créer de la valeur à long terme pour nos collaborateurs, d’être en mesure d’attirer, développer, et retenir nos talents, en assurant une qualité de vie au travail et une diversité de points de vue, dans un environnement où chacun se sent libre d’être lui-même.

Les compétences de nos collaborateurs sont le fondement de notre performance ; nous cherchons donc à les développer au mieux, pour que ces derniers s’épanouissent, trouvent un sens dans leur travail et évoluent selon leurs affinités.

  • 29% : taux de virtualisation des formations  
  • 67 % : indice d’engagement, mesuré par l’évaluation de quatre éléments : fierté, recommandation, satisfaction et attachement à l’entreprise.
  • 19% : pourcentage de femmes parmi les associés
  • 80% : taux de réponses favorables à la question « EY a mis en place un environnement de travail où je suis libre d’être moi-même »

Enjeu n°3 : Avoir une empreinte sociétale positive

En créant en 2019 un Pôle engagement, EY souhaite davantage encourager ses collaborateurs à donner de leur temps, et à partager leurs compétences avec des projets d’utilité sociale.

Le nombre de collaborateurs engagés dans la Fondation EY et plus largement au sein de missions de mécénat de compétences augmente. Par leur dynamisme, la bienveillance avec laquelle ils donnent de leur temps et partagent leurs compétences, nos collaborateurs nous incitent à intensifier notre action au sein de la société civile.

Avoir une empreinte sociétale positive passe par ailleurs par la réduction de notre empreinte environnementale. Au niveau mondial, nous avons atteint la neutralité carbone fin 2020 principalement grâce à la compensation et avons pour objectif de réduire nos émissions de gaz à effet de serre de 40% (scopes 1 à 3) d’ici l’année fiscale 2025, avec pour année de référence l’année fiscale 2019.

  • 702 collaborateurs engagés au sein de la Fondation EY, de notre programme mondial d’engagement EY Ripples et sur des missions de mécénat de compétences
  • 26 617 heures de mécénat de compétences
  • 0 émissions nettes en 2020

    Ce qu'il faut retenir

    Découvrez l’édition 2020 du Rapport de responsabilité sociale, économique et environnementale d’EY en France. 

    A propos de cet article

    Par Eric Fourel

    Country Manager, France

    Éric œuvre pour l’intégration de son expertise au cœur de la réalité économique.