Communiqué de presse

26 avr. 2021

Analyse financière 2020 des principaux constructeurs automobiles : marqués par la crise sanitaire, les résultats financiers au plus bas depuis 10 ans

EY publie les résultats de son analyse financière des constructeurs automobiles dans le monde pour l’année 2020. Les résultats financiers des 17 principaux constructeurs mondiaux ont été étudiés pour cette nouvelle édition

Contact presse
Amélie Fournier

Responsable service relations médias

Amélie est responsable du service de relations médias pour la France. Elle est notamment en charge des expertises Consulting, EY Société d’Avocats et d’autres secteurs

Thématiques associées Automotive

EY publie les résultats de son analyse financière des constructeurs automobiles dans le monde pour l’année 2020. Les résultats financiers des 17 principaux constructeurs mondiaux ont été étudiés pour cette nouvelle édition

  • En 2020, le chiffre d’affaires cumulé des 17 constructeurs a baissé de 13,3% par rapport à 2019, pour un montant total de 1 484 milliards d’euros. Ce recul du chiffre d’affaires est le plus important des 10 dernières années : à l’exception de 2016, chaque année a vu une progression du chiffre d’affaires, 2019 compris. Les constructeurs observent tous une baisse par rapport à 2019, sauf Tesla et Kia, avec respectivement +28% et +2%. A noter qu’avec une baisse du chiffre d’affaires de 10 %, les constructeurs automobiles allemands ont fait mieux en 2020 que leurs concurrents américains (-14 %), japonais (-17 %) et français (-20 %).
  • En 2020, les constructeurs automobiles ont vendu nettement moins de véhicules qu’en 2019 : avec une baisse de 16%, le nombre de ventes a été d’environ 63 millions de véhicules, contre 75 millions en 2019. A l’exception de Tesla (+36%), tous les constructeurs analysés ont enregistré une baisse des ventes au cours de l’année écoulée. Toyota, avec 9,5 millions de voitures, est le constructeur qui a vendu le plus de véhicules. Viennent ensuite Volkswagen (9 millions) et General Motors (6,8) se classent deuxième et troisième. L’Europe de l’Ouest enregistre la plus forte baisse de 2020 (-25%), suivie par les États-Unis, où l’on a vendu 14 % de voitures en moins par rapport à l’année précédente. En Chine, avec 4%, le recul des ventes totales des constructeurs a été modéré. A noter que les constructeurs analysés y ont vendu pratiquement 5 millions de voitures, soit 49 % de plus que sur le marché d’Europe de l’Ouest.
  • Concernant le résultat d’exploitation (EBIT), la baisse observée a également été forte : en 2020, il a été de 53,5 milliards d’euros, contre 84,7 milliards d’euros en 2019, soit une baisse de plus de 36%. La rentabilité (EBIT) rapportée au chiffre d’affaires s’établit à son plus bas niveau depuis 10 ans à 3,6% en recul de 1,4% par rapport à l’année précédente. A noter : 4 des constructeurs étudiés ont enregistré une progression de leur EBIT par rapport à l’année précédente (Tesla, Daimler, General Motors et Kia).
  • En 2020, les constructeurs automobiles ont maintenu à un niveau proche de celui de 2019 les dépenses liées à la R&D, puisque le montant total a été de 61 milliards d’euros, (contre 65 en 2019). Seuls Tesla et Hyundai ont augmenté ce budget. Concernant les montants investis, Volkswagen est le premier constructeur avec plus de 12 milliards d’euros dépensés en R&D, suivi par Toyota avec un montant d’environ 8,8 milliards d’euros et Ford avec un montant de 6 milliards d’euros. Rapporté au chiffre d’affaires le taux de R&D le plus important en 2020 a été réalisé par Renault, BMW, Ford et Honda ; le plus bas taux de R&D a été réalisé par les deux constructeurs sud-coréens, Hyundai et Kia.

« Les constructeurs ont connu une rupture d’activité sans équivalent en raison de la pandémie qui les a obligés à adapter leur structure de production et de coûts dans un temps très court. Les impacts sur les résultats d’exploitation sont massifs et malheureusement inéluctables dans un secteur avec une majorité de coûts fixes. Malgré les difficultés rencontrées le secteur montre une capacité remarquable à s’adapter dans un environnement aussi volatile et avec des changements profonds de modèle induits par des contraintes réglementaires de plus en plus fortes, le développement de l’électromobilité et du véhicule connecté. Nous sommes au début d'un nouveau cycle qui changera fondamentalement le paysage de l'industrie automobile. » analyse Aymeric de la Morandière associé EY.



Aymeric de la Morandière, associé EY Responsable du secteur automobile et transports, se tient à votre disposition pour commenter l’analyse de ces résultats.

 


Méthodologie de l’analyse

Sources : rapports trimestriels et communiqués de presse des entreprises, ACEA, Capital IQ, Reuters, VDA, calculs propres. L’analyse couvre l’activité des groupes dans leur ensemble (y compris les éventuels services financiers). Sauf indication contraire, tous les chiffres se rapportent à la période allant de janvier à décembre, quel que soit le début des exercices officiels des sociétés.

Pour la conversion des chiffres en euros, le taux de change moyen respectif de la période considérée a été utilisé. En conséquence, les montants en euros sont à taux de change constant par rapport à la même période de l’année précédente