Communiqué de presse

14 oct. 2021

Index d’Attractivité des Energies Renouvelables

EY publie les résultats de son 58ème rapport bi-annuel RECAI (Renewable Energy Country Attractiveness Index), qui dresse un état des lieux de l’attractivité dans le secteur des énergies renouvelables des différents pays.

Contact presse
Amélie Fournier

Responsable service relations médias

Amélie est responsable du service de relations médias pour la France. Elle est notamment en charge des expertises Consulting, EY Société d’Avocats et d’autres secteurs

Thématiques associées L’énergie réinventée

EY publie les résultats de son 58ème rapport bi-annuel RECAI (Renewable Energy Country Attractiveness Index), qui dresse un état des lieux de l’attractivité dans le secteur des énergies renouvelables des différents pays.

Si l’étude démontre qu’une dynamique sur les changements climatiques s’opère avant la Conférence des Nations Unies (COP 26), les pays étudiés ne sont pas égaux en matière de politique climatique. En effet, si les conditions sont réunies pour que les énergies renouvelables poursuivent une croissance soutenue, de nombreux défis sont encore à relever.

Focus classement

Les États-Unis continuent de figurer en tête du RECAI et devraient conserver leur position alors que de nouvelles initiatives sont annoncées sous la présidence de Joe Biden. Les places de la Chine continentale et de l’Inde restent inchangées, notamment grâce aux conditions réglementaires et d’investissement favorables qui se poursuivent sur ces marchés.

La France de son côté, se classe à la quatrième position et gagne une place, portée par le projet du Gouvernement Français qui a cartographié une zone de vent de 750 MW au large de la côte Atlantique, marquant le début d’un processus d’appel d’offres pour le premier projet significatif de parc éolien offshore. Cette zone pourrait atteindre 2GW à l’avenir.

En parallèle, le Gouvernement Français avait décidé en 2020 de consacrer à l’hydrogène plus de 7 milliards d'euros d'ici à 2030, dont 2 milliards dans le cadre du plan de relance en 2021 et 2022.

L’Etat souhaitait en effet renforcer son soutien à la recherche et le développement mais aussi en accompagnant de véritables projets industriels liés à l’hydrogène. Le Gouvernement songe en particulier aux futures « Gigafactory » de piles à combustibles pour les véhicules à hydrogène.

« L’hydrogène vert est désormais un pilier du plan « France 2030 » avec pour objectif majeur de décarboner les transports lourds et l’industrie. Les investissements envisagés pourront faire de la France un leader en matière d’hydrogène décarboné. » ajoute Alexis Gazzo, associé EY, Climate Change & Sustainability leader, France.

Le nouvel indice PPA

La nouveauté de cette édition du RECAI propose un focus sur les corporate PPA (contrats d’achat par des entreprises d’électricité) de sources renouvelables. 

Un nombre record de 23,7 GW d’énergie renouvelable a été acheté dans le cadre de corporate PPA en 2020. Un volume qui justifie qu’EY en fasse désormais un baromètre spécifique.

La France fait partie des pays identifiés comme ayant un potentiel important. Entre la demande d’énergie renouvelable qui va se renforcer, que ce soit pour répondre aux engagements de décarbonation de la part des industriels ou pour alimenter à terme la production à venir d’hydrogène vert ainsi que la volonté des développeurs de projets de diversifier leur portefeuille de clients, les corporate PPA s’imposent progressivement comme un outil incontournable dans le paysage énergétique.

Parmi les grands enseignements de cette nouvelle édition

« Alors que les dirigeants mondiaux se réunissent à la COP26 en novembre, nous approchons de ce qui pourrait être un moment décisif dans la lutte contre la crise climatique. L’augmentation des investissements et du soutien politique a permis à la croissance des énergies renouvelables de se poursuivre à une vitesse vertigineuse. » complète Alexis Gazzo, associé EY.

Au milieu de la pandémie de COVID-19 et de la récession, les investissements dans l’énergie renouvelable ont augmenté de 2 % pour atteindre 303,5 milliards de dollars l’an dernier. (à titre de comparaison, l’investissement dans le secteur pétrolier a chuté à environ 350 milliards de dollars en 2020).

La transition vers une économie à faible émission de carbone s’accélère. Les énergies renouvelables se développent à mesure que les conditions du marché, les décisions politiques, les investissements et les améliorations technologiques hissent l’énergie propre vers de nouveaux sommets. Mais chaque pays doit tenir compte de ses propres obstacles économiques, sociaux et politiques pour garantir l’atteinte de la neutralité carbone de l’UE d’ici 2050.