Communiqué de presse

25 janv. 2023

Journée nationale contre le sexisme : 48 organisations se rallient à l’initiative #StOpE

En 2018, Accor, EY et L’Oréal ont lancé, aux côtés de trente entreprises et organisations, #StOpE, Stop au Sexisme Ordinaire en Entreprise, la première initiative interentreprises ayant pour objectif de lutter contre le sexisme dit « ordinaire » au travail. Le phénomène touche toutes les organisations et tous les secteurs d’activité.

Contact presse
Amélie Fournier

Amélie Fournier

Amélie est responsable du service de relations médias pour la France. Elle est notamment en charge des expertises Consulting, EY Société d’Avocats et d’autres secteurs

En 2018, Accor, EY et L’Oréal ont lancé, aux côtés de trente entreprises et organisations, #StOpE, Stop au Sexisme Ordinaire en Entreprise, la première initiative interentreprises ayant pour objectif de lutter contre le sexisme dit « ordinaire » au travail. Le phénomène touche toutes les organisations et tous les secteurs d’activité.

En rejoignant l’initiative, les organisations s’engagent à partager leurs pratiques, réfléchir à des solutions communes et à mettre en place des actions et indicateurs permettant de lutter durablement contre le sexisme ordinaire au travail. Ce 25 janvier, journée nationale de lutte contre le sexisme, 48 organisations rejoignent #StOpE, le collectif fait le bilan et dresse les perspectives 2023.

Placée sous le Haut Patronage du Ministère chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, l’initiative #StOpE qui a rapidement pris de l’ampleur, a confié sa coordination à l’Association Française des Managers de la Diversité (AFMD) en 2021. 

La pertinence de ce rapprochement entre l’AFMD et #StOpE se confirme d’autant plus cette année, que 199 organisations sont désormais signataires de l’initiative et que la dynamique créée par ce réseau rejoint celle de la communauté AFMD. Cette alliance permet de renforcer l’impact des actions menées collectivement d’une part, et les synergies entre signataires d’autre part. 

S’engager au plus haut niveau et mutualiser les efforts

Depuis cinq ans, les représentant·es de chaque organisation du collectif #StOpE – des responsables

RH, diversité et inclusion ainsi que des référent·es harcèlement sexuel et les agissements sexistes – se réunissent plusieurs fois par an pour partager leurs progrès et actions respectives, et coconstruire à l’occasion de groupes de travail.

En 2023, ce sont donc 199 organisations – grands groupes, PME, grandes écoles, organisations publiques et associations – qui sont signataires de l’acte d’engagement fondateur. Cet acte comprend huit engagements clefs :

  1. Afficher et appliquer le principe de tolérance zéro
  2. Informer pour faire prendre conscience des comportements sexistes (actes, propos, attitudes) et de leurs impacts
  3. Former de façon ciblée sur les obligations et les bonnes pratiques de lutte contre le sexisme ordinaire 
  4. Diffuser des outils pédagogiques aux salarié·es pour faire face aux agissements sexistes en entreprise 
  5. Inciter l’ensemble des salarié·es à contribuer, à prévenir, à identifier les comportements sexistes et à réagir face au sexisme ordinaire 
  6. Prévenir les situations de sexisme et accompagner de manière personnalisée les victimes, témoins et décideurs dans la remontée et la prise en charge des agissements sexistes 
  7. Sanctionner les comportements répréhensibles et communiquer sur les sanctions associées
  8. Mesurer et mettre en place des indicateurs de suivi pour adapter la politique de lutte contre le sexisme ordinaire. 

En le signant, les organisations s’engagent à mutualiser leurs forces, partager, promouvoir et mettre en place des bonnes pratiques et actions concrètes tous les ans pour faire reculer durablement le sexisme dans notre société.

« L’initiative #StOpE atteint maintenant près de 200 signataires, il y a une vraie volonté des employeurs d’avancer sur le sujet du sexisme ordinaire, et de ne pas le faire seul » explique Anne-Sophie Beraud (Accor), cofondatrice de #StOpE.

Le 25 janvier 2023, 48 nouveaux signataires

Tous les ans à l’occasion du 25 janvier, journée nationale de lutte contre le sexisme, l’AFMD réunit les organisations signataires et nouveaux signataires de l’initiative pour faire le bilan des actions mises en place par le collectif pour lutter durablement contre le sexisme ordinaire au travail. 

En 2022 : 

  • 59 organisations signataires se sont impliquées dans trois groupes de travail sur les sujets suivants : « Agir contre le sexisme dans l’enseignement supérieur » ; « Nudge et lutte contre le sexisme » ; « Dispositifs d’alerte, référents sexisme et suivi ». Ces groupes de travail permettent d’approfondir une problématique et de mettre en commun les pratiques, connaissances et dispositifs existants. Dans certains cas, ils peuvent aboutir à un livrable (outil, publication, guide…) mis à destination de l’ensemble des signataires. 
  • Plus de 275 actions concrètes ont été mises en place (en particulier sur l’engagement #2), par exemple à travers des dispositifs de formation ou de sensibilisation, des campagnes d’information et de communication, la création ou la mise à jour de guides, chartes internes et autres documentations officielles. 
  • Des dizaines de milliers de collaborateurs et collaboratrices ont été sensibilisés via le e-learning de sensibilisation « Prévenir et lutter contre le sexisme ordinaire en entreprise » depuis son lancement en 2020. 

En 2023, en présence d’Isabelle Lonvis-Rome, Ministre déléguée auprès de la Première ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, 48 nouvelles organisations rejoignent l’initiative #StOpE, portant le nombre d’organisations engagées dans le mouvement à près de 200.   

« Quand on regarde la liste des signataires c’est intéressant de voir que tous les secteurs et toutes les industries sont représentés. Ce sujet n’est pas non plus réservé qu’au secteur privé ou aux grands groupes ; de plus en plus de TPE-PME, d’écoles et d’associations rejoignent #StOpE. Cet essor et la mobilisation désormais très large des employeurs est la preuve, s’il en était besoin, que la lutte contre le sexisme ordinaire est un engagement majeur », constate Morgane Reckel (EY), cofondatrice de #StOpE.

Les perspectives 2023 du collectif

Cette cérémonie annuelle 2023 est l’occasion pour les cofondatrices de l’initiative de présenter les nouvelles perspectives du collectif, parmi lesquelles, la poursuite des groupes de travail et le renouvellement du baromètre #StOpE sur le sexisme ordinaire au travail. Celui-ci sera lancé au mois de mars, moment fort pour parler d’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

« Mesurer est essentiel pour avancer : le baromètre que nous lancerons en 2023 permettra de rendre compte des progrès accomplis depuis le premier baromètre, lancé en 2021, et des points sur lesquels nous devons accentuer nos efforts. Déjà 12 organisations se sont engagées à le déployer et nous mènerons une consultation nationale en parallèle pour établir un véritable état des lieux du sexisme ordinaire au travail en France. », souligne Anne-Laure Thomas (L’Oréal), cofondatrice de #StOpE

A propos de l’initiative #StOpE]
Lancée par Accor, EY et L’Oréal en décembre 2018, l’initiative #StOpE, Stop au Sexisme dit « Ordinaire » en Entreprise, a pour objectif de partager et de promouvoir les bonnes pratiques de lutte contre le sexisme dit « ordinaire » au travail. En 2020, 114 entreprises et organisations sont engagées dans le collectif pour faire évoluer les pratiques et les mentalités dans le monde professionnel. Depuis janvier 2021, c’est par l’AFMD (Association française des managers de la diversité) que l’initiative est animée. www.afmd.fr/afmd-x-initiative-stope