Communiqué de presse

11 juil. 2023

Baromètre du capital-risque en France : 1er semestre 2023

EY publie les résultats de son analyse dédiée au capital risque en France pour le 1er semestre 2023.

Contact presse
Amélie Fournier

Amélie Fournier

Amélie est responsable du service de relations médias pour la France. Elle est notamment en charge des expertises Consulting, EY Société d’Avocats et d’autres secteurs

EY publie les résultats de son analyse dédiée au capital risque en France pour le 1er semestre 2023.

L’étude recense les opérations de financement en fonds propres des entreprises en phase de création ou durant les premières années d’existence, en date d’opération du 1er janvier au 30 juin 2023 et publiées avant le 5 juillet 2023.

Ce qu’il faut retenir du 1er semestre 2023 :

  • Depuis le début d’année, les entreprises innovantes françaises ont réalisé 395 opérations de levées de fonds pour un montant de 4,2 milliards d'euros (en hausse de 9% en volume mais en baisse de 49 % en valeur par rapport au S1 2022).
  • Le marché a été porté par 5 opérations majeures avec Driveco (250M€), Ynsect (160M€), TSE (450M€), Amyolit Pharma(130M€) et enfin Mistral AI (105M€). Ce Top 5 en cumul de montant levé est 2,5x inférieur à celui du 30 juin 2022. Ce phénomène est la traduction de la baisse massive des levées de fonds supérieurs à 100M€ (-78% vs 2022) et la disparition des levées supérieures à 300M€.  
  • Sur le plan sectoriel, le secteur des fintech n’est plus sur le podium, aussi le classement est largement remanié avec pour la première fois le secteur des CleanTech qui arrive en tête avec 1,2 Md€, en progression à la fois
  • in le secteur des Life sciences complète le podium avec 0,6 Md€ et une baisse en volume et en valeur (-14% et -24%).
  • L’Ile de France reste incontestablement la région leader de cet écosystème avec près de 70% des montants levés. La région Auvergne-Rhône-Alpes se hisse à la seconde place avec 8% des investissement suivie par la région Provence-Alpes-Côte d'Azur qui comptabilise 7% des levées.
  • Sur le plan Européen, la France se place toujours en 1ère position des pays de l’union européenne même si l’Allemagne, son principal prétendant est au coude à coude avec 3,9 Md€ avec comme pour la France une b
  •  en volume et en valeur (+76% et +26% vs 2022) suivi par les logiciels 1 Md€ (en baisse de 57% en valeur et en hausse de 7% en volume) et enfaisse significative en valeur -37% et en volume -8%.
  • Le Royaume-Uni reste très actif en Europe mais souffre aussi puisque les montants levés ont baissé sur le semestre de 62% en valeur et 18% en volume mais s’établissent toutefois à 7 Md€, si bien que l’écart se réduit de plus en plus entre la France et le Royaume-Uni sur les montants levés.

« Si la FrenchTech a fait preuve de résilience ces derniers mois, la hausse des taux ainsi que les incertitudes macroéconomiques ont mis un frein à un système qui s’était un peu emballé. En réaction, les introductions en Bourse se sont arrêtées aux Etats-Unis, tandis que les valorisations se sont effondrées et une grande partie des investisseurs ont décidé de temporiser leurs investissements entrainant dans leur sillage une contraction des volumes d’investissements d’abord aux Etats-Unis puis en Europe. » complète Franck Sebag, associé EY.

  • Méthodologie :

    Le Baromètre EY du capital risque en France recense les opérations de financement en fonds propres des entreprises en phase de création ou durant les premières années d’existence, en date d’opération du 1er janvier au 30 juin 2023 et publiées

    avant le 30 juin 2023. Ces entreprises françaises ont levé des fonds auprès de VCs français et/ou étrangers. Les données françaises présentées dans ce baromètre sont basées sur les données CF News, Dealroom.co, eCap, Maddyness.

    Les données pour l'Allemagne et le Royaume-Uni sont basées sur Dealroom.co. Le traitement de ces données et leur analyse sont issus de la méthodologie EY et réalisés par EY & Associés. Toutes les opérations supérieures à 100 M€ ont été retraitées en Growth Equity.

    Le Venture Capital recense toutes les opérations inférieures à 100 M€. Nous prenons en compte dans cette étude uniquement les opérations dont le montant est communiqué publiquement.

    Le secteur des services Internet regroupe des activités telles que l’e-commerce, le marketing à la performance (lead, référencement), le géomarketing ou les applications mobiles. Le secteur des Life Sciences regroupe les secteurs biotech, medtech et e-santé. Le secteur des Fintech regroupe les start-up qui utilisent la technologie pour repenser les services financiers et bancaires (banques en ligne, crowdfunding, nouveaux moyens de paiement, blockchain et crypto-actifs et assurtech, etc...).

    Le secteur Logiciels et services informatiques regroupe l'édition de logiciels, de SAAS et d'applications.