4 min de temps de lecture 4 févr. 2021
12ème Observatoire des Offres Publiques

12ème Observatoire des Offres Publiques

Auteurs
Damien Anzel

Partner Lead Advisory, Strategy & Transactions, Western Europe & Maghreb, France

Il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des solutions.

Julie Madjour

Associée, Strategy & Transactions, Valuation, , Western Europe & Maghreb, France

Intelligence artificielle, Big Data, digitalisation, le monde change : il n’existe rien de constant si ce n’est le changement. Dans un monde en profonde évolution, apportons une énergie nouvelle.

4 min de temps de lecture 4 févr. 2021

Découvrez le 12ème Observatoire des Offres Publiques, notre étude annuelle qui recense et analyse l’ensemble des offres publiques sur les actions de sociétés cotées en France, déclarées conformes ou finalisées au cours de l’année 2020 par l’Autorité des marchés financiers (AMF).

En résumé
  • Le nombre d’offres publiques est stable en 2020
  • En comparaison avec l’année 2019, les primes des offres publiques sont en hausse par rapport aux cours de bourse, plus en ligne par rapport aux valeurs intrinsèques
  • Les augmentations de capital réalisées par les sociétés cotées en 2020 ont diminué en nombre d’opérations mais augmenté en montant 

EY présente le douzième Observatoire des offres publiques : cette étude annuelle recense et analyse l’ensemble des offres publiques sur les actions de sociétés cotées en France, déclarées conformes ou finalisées au cours de l’année 2020 par l’Autorité des marchés financiers (AMF). À cette analyse s’ajoute celle de l’évolution des marchés d’Euronext Paris (introductions en bourse, retraits de cote et radiations, etc.), ainsi que le recensement des principales augmentations de capital sur le marché boursier français.

2020, une dynamique d’offres publiques globalement stable dans une année de fortes incertitudes

Malgré la crise sanitaire mondiale, l’effondrement des cours boursiers en mars et des cours du baril en avril, le nombre d’offres publiques et d’IPO s’est globalement maintenu en 2020 avec 29 offres publiques et 8 introductions en bourse. Les primes offertes aux actionnaires minoritaires restent également assez stables comparativement aux années précédentes. Le dernier trimestre a largement compensé la baisse d’activité observée en première moitié d’année dans le nombre d’opérations réalisées laissant entrevoir un regain de dynamisme transactionnel.

L’année a été marquée par des acquisitions de sociétés de taille globalement modérée (petites et moyennes capitalisations) à l’exception de l’opération d’envergure de Worldline sur Ingenico d’une valorisation de 7,8 milliards d’euros. L’opération de rapprochement entre ces deux groupes vise à créer un des leaders mondiaux des services de paiements.

Les introductions en bourse ont également été menées très majoritairement dans le compartiment d’Euronext Growth.

Contrairement à 2019, durant laquelle était intervenue l’IPO emblématique de La Française des Jeux, aucune opération significative n’a eu lieu cette année. Ainsi, la plus grosse opération (hors placement privé) est celle de Nacon, le spécialiste du jeu vidéo, qui a levé 117 millions d’euros. Les autres IPO de l’année sont d’un montant inférieur à 20 millions d’euros.

Sur le segment des introductions en bourse par placement privé, il est également à noter que le trio Niel-Zouari-Pigasse a réussi à lever 300 millions d'euros sur les marchés lors de l’IPO de leur SPAC 2MX Organic. Ce Special Purpose Acquisition Company est un véhicule d’investissement destiné à mener des acquisitions de sociétés actives dans la production et la distribution de biens de consommation durable avec pour ambition de bâtir un acteur de premier plan européen en profitant du bond de la demande des consommateurs pour le bio. La réussite de cette opération montre la confiance des investisseurs en la capacité du futur management et des fondateurs à constituer un groupe et une histoire de croissance, à partir d’une page blanche.

L’année a également été marquée par la présence des fonds de capital-investissement particulièrement actifs sur les offres publiques cette année (notamment CVC, Fives Arrows, Carlyle, Eurazeo PME, KKR), à l’initiative de 11 opérations sur 29.

À l’instar de 2019, le secteur de la technologie (éditeurs de logiciels, services numériques et Biotech/Medtech) se démarque toujours par son dynamisme représentant plus de la moitié des offres publiques.

À noter également que les levées obligataires continuent de progresser avec 322 milliards d’euros émis en 2020 en hausse de 33 % par rapport à 2019. En particulier, les Green Bonds ont fait un bond spectaculaire, passant de 19 milliards d’euros à 47 milliards d’euros en 2020, montrant la prise en compte croissante des critères ESG dans les stratégies d’investissement des gestionnaires de fonds.

Enfin, les augmentations de capital réalisées par les sociétés cotées en 2020 ont nettement diminué en nombre d’opérations. Deux opérations se distinguent par leur montant : Alstom qui a levé 2 milliards d’euros, et Iliad qui a eu recours au marché pour financer son OPRA à hauteur de 1,4 milliard d’euros.

Principales conclusions

Montant des opérations

Après avoir plongé en 2019 à moins d’un milliard d’euros, le montant de capital acquis suite aux opérations clôturées en 2020 est remonté à 11,7 milliards d’euros. À noter que sur ce montant de 11,7 milliards, l’offre de Wordline sur Ingenico représente 63 % du total. 

Nombre d’offres

29 offres publiques ont été déclarées conformes par l’AMF en 2020, contre 30 en 2019. Les offres initiées en 2020 sont toutes des offres amicales, comme les deux années précédentes. 

Primes offertes

La prime médiane offerte aux détenteurs d’actions est de 27,9 % par rapport au dernier cours de bourse avant annonce de l’opération (24,9 % hors extrêmes). Supérieure au niveau observé sur les offres publiques de l’année 2019. En 2020, la prime médiane hors extrêmes par rapport à la valeur intrinsèque des entreprises cibles calculée par les experts indépendants, s’élève à 12,5 %, stable comparativement au niveau des 5 dernières années. 

Retraits de cote suite à des offres publiques

Au total, 20 sociétés ont été retirées de la cote des marchés Euronext Paris en 2020 suite à des offres publiques. À l’exception d’Altran, Afone Participations et ITS Group déclarées conformes en 2019, toutes font suite à des offres publiques déclarées conformes en 2020. 

Introductions en bourse

En 2020, la Bourse de Paris a enregistré 8 IPO5 (dont 1 sous forme de placement privé) : une opération sur Euronext et six sur Euronext Growth, un nombre stable par rapport aux 8 IPO de 2019 (et en baisse par rapport aux 17 IPO de 2018). Les montants de ces IPO hors placement privé sont en forte diminution, puisque le montant moyen levé en 2020 est seulement de 28 millions d’euros, à comparer avec une moyenne à 366 millions d’euros en 2019. L’année dernière il y avait en effet eu deux opérations de plus de 500 millions d’euros (Verallia, qui avait levé 963 millions d’euros, et La Française des Jeux dont la privatisation avait représenté pour l’État un produit de cession de 1,8 milliard d’euros – cette dernière opération figurant rappelons-le au palmarès des dix plus grosses introductions en bourse effectuées en France ces 20 dernières années), alors que cette année la plus importante IPO est celle du spécialiste des jeux vidéo Nacon avec un montant levé de 117 millions d’euros. À cela s’ajoutent tout de même les 300 millions d’euros levés par le SPAC 2MX Organic de MM. Niel et Pigasse, lors d’une IPO par placement privé. Au total, le montant des IPO en 2020 s'élève à 498 millions d’euros, à comparer avec un total de 2 931 millions d’euros l'année passée. Comme en 2019, le nombre d’introduction en bourse est inférieur aux sorties de cotes6 (8 entrées pour 26 sorties de cote en 2020, dont 20 faisant suite à des offres publiques, contre 8 entrées pour 20 sorties en 2019, dont 13 faisant suite à des offres publiques). 

Augmentations de capital

14 sociétés cotées ont réalisé des augmentations de capital en 2020 par offre publique, permettant de lever 4,8 milliards d’euros. Parmi ces 14 sociétés, Iliad a levé 1,4 milliard en janvier et Alstom 2 milliards d’euros début décembre.  En dehors de ces augmentations de capital significatives, qui représentent plus de 70 % des levées 2020, le montant levé s'établit à 1,4 milliard d’euros. Quant au montant moyen levé par société, il s'élève à 115 millions d’euros, ce qui représente une hausse par rapport à 2019. À noter cependant, le nombre de sociétés y ayant eu recours a fortement diminué (24 sociétés en 2019). 

Ce qu'il faut retenir

Malgré la crise sanitaire mondiale, l’effondrement des cours boursiers en mars et des cours du baril en avril, le nombre d’offres publiques et d’IPO s’est globalement maintenu en 2020 avec 29 offres publiques et 8 introductions en bourse. Les primes offertes aux actionnaires minoritaires restent également assez stables comparativement aux années précédentes. Le dernier trimestre a largement compensé la baisse d’activité observée en première moitié d’année dans le nombre d’opérations réalisées laissant entrevoir un regain de dynamisme transactionnel.

A propos de cet article

Auteurs
Damien Anzel

Partner Lead Advisory, Strategy & Transactions, Western Europe & Maghreb, France

Il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des solutions.

Julie Madjour

Associée, Strategy & Transactions, Valuation, , Western Europe & Maghreb, France

Intelligence artificielle, Big Data, digitalisation, le monde change : il n’existe rien de constant si ce n’est le changement. Dans un monde en profonde évolution, apportons une énergie nouvelle.