5 min de temps de lecture 16 déc. 2020
COVID-19 : quel impact sur la protection des données personnelles ?

COVID-19 : quel impact sur la protection des données personnelles ?

Auteurs
Marc Ayadi

Associé, EY Consulting, Cyber leader, WEM, France

Cyber Leader. Persuadé que le combat contre le cyber-risque est un combat d’équipe dont l’humain est clef. Passionné par l’histoire et les anciennes civilisations.

Pascal Antonini

Associé, Consulting, Cyber Data Privacy, France

Spécialisé dans le conseil en cybersécurité, protection des données et maîtrise des risques IT. Président de l’AFAI-ISACA représentant l’ISACA en France. Hautboïste dans un orchestre symphonique.

5 min de temps de lecture 16 déc. 2020

Les résultats de l'enquête EY sur la protection de la vie privée des consommateurs révèlent que la pandémie a modifié leurs attentes. Découvrez notre analyse. 

En résumé
  • La pandémie de la COVID-19 a considérablement accru notre dépendance aux services et plateformes numériques, et a impacté l'attitude des consommateurs à l'égard de la protection de leurs données personnelles et modifié leur comportement.
  • Les organisations doivent comprendre en quoi les attentes des consommateurs ont changé, ce qu'ils souhaitent en contrepartie de leurs données et ce que cela signifie pour l'avenir du respect de la vie privée.
  • Pour s'adapter et prospérer dans le nouveau paysage de la protection des données, les entreprises doivent aligner leurs politiques sur les nouvelles attentes des consommateurs.

Il n'y aura pas de retour en arrière possible. En moins de 12 mois, la pandémie de la COVID-19 a rapidement et brutalement augmenté de manière durable notre dépendance aux services et plateformes numériques. Dans ce nouveau contexte, les consommateurs reconsidèrent ce qu’ils attendent en contrepartie de la mise à disposition de leurs données personnelles.

Le message qui en découle pour les organisations est clair : pour répondre aux attentes des consommateurs d'aujourd'hui et anticiper leurs besoins de demain, il est temps de repenser la protection des données personnelles.

Notre dernière étude, l'enquête mondiale EY sur la protection de la vie privée des consommateurs a pour objectif d’aider les organisations à comprendre l'évolution de ces besoins en analysant le comportement des consommateurs à l'égard du partage de leurs données personnelles et la manière dont cette attitude évolue.

Trois grandes questions façonnent cette nouvelle ère de la protection des données personnelles :

  1. L'attente : quelles sont les attentes les consommateurs à l’égard des organisations en ce qui concerne le traitement de leurs données personnelles ?
  2. L'échange : que veulent les consommateurs en contrepartie de leurs données ?
  3. L'évolution : comment la protection des données personnelles doit-elle évoluer dans un monde post-pandémique ?

Que faut-il retenir afin d’adapter sa politique de protection des données ? Nous vous proposons de découvrir ce nouveau paysage de la protection des données à travers les enseignements majeurs de notre étude.

Apporter l’assurance dont les consommateurs ont besoin

Malgré des perspectives incertaines, la pandémie a renforcé la volonté des consommateurs de contrôler leurs données personnelles. Lorsqu'ils choisissent de les partager avec une organisation, la majorité d'entre eux ont indiqué que la sécurité de la collecte et du stockage était le plus important (63 %), suivent ensuite le contrôle des données partagées (57 %) et la confiance dans l'entreprise qui collecte leurs données (51 %).

Après la COVID-19, les attentes des consommateurs à l'égard des entreprises n'ont pas changé, ils attendent d'elles qu'elles respectent leur vie privée. Toutefois, si le respect de la vie privée reste une priorité constante, la pandémie a accru les niveaux de sensibilisation des consommateurs sur ce sujet : 54 % d’entre eux déclarent que la pandémie leur a permis de prendre davantage conscience qu’auparavant des données personnelles qu'ils partagent. Ils considèrent également que la COVID-19 est un facteur plus impactant de sensibilisation à la protection des données que ne l’ont été les changements réglementaires, tels que le RGPD ou le California Consumer Privacy Act (CCPA) (43 % contre 25 %).

Les jeunes générations sont plus confiantes pour partager leurs données

50%

des millennials se disent prêts à partager leur historique de recherche afin d’obtenir une expérience en ligne plus personnalisée, contre 23 % des Baby-Boomers

Les résultats de l’étude font également apparaître d’importantes différences générationnelles. Les jeunes générations sont beaucoup plus conscientes des enjeux qui entourent le partage des données ainsi que de l'impact de ces dernières et de la technologie au sens large, par rapport aux générations plus âgées. Les résultats le confirment : les millennials (53 %) et la génération Z (47 %) sont plus susceptibles que la génération X (43 %) et les baby-boomers (35 %) de, systématiquement ou régulièrement, prendre le temps de comprendre comment une entreprise utilise leurs données personnelles en prenant connaissance des documents disponibles.

S’adapter pour instaurer la confiance

La capacité des entreprises à établir la confiance avec leurs consommateurs est une énorme opportunité. Pour les consommateurs, une grande partie de cette confiance dépend de la valeur perçue qu'ils reçoivent en contrepartie de leurs données personnelles. Il s'agit à la fois de transparence et d'échange de valeurs. C'est ainsi que les entreprises devraient envisager l'avenir : dans quelle mesure suis-je transparent au sujet des données que je collecte ? Qu'est-ce que je partage en retour ?

Probablement en raison de leur sensibilisation accrue, les jeunes consommateurs partagent leurs données plus librement. Par exemple, la moitié des millennials (50 %) se disent prêts à partager leur historique de recherche avec une grande entreprise technologique afin d’obtenir des résultats de recherche et des expériences en ligne plus personnalisés, contre moins d'un quart des baby-boomers (23 %).

En revanche, les plus anciennes générations ont besoin de contrôler qui peut accéder à leurs données. Deux tiers (66%) des baby-boomers indiquent qu’un manque de contrôle sur l’accès de tierces parties à leurs données diminue le niveau de confiance qu’ils placent dans une organisation. C’est le taux le plus élevé de toutes les générations dans l’étude.

Naviguer dans un nouveau paysage de la protection des données personnelles

Non seulement la pandémie a accru la sensibilisation des consommateurs à la protection des données personnelles, mais elle a également instauré un nouveau paradigme pour leur partage, qui repose sur des conditions, des valeurs et des expériences communes. En effet, la reprise de l'économie et le retour des personnes dans leurs locaux professionnels, dans les magasins et dans les écoles ont nécessité et nécessiteront la collecte d'informations personnelles.

La moitié des consommateurs (50 %) déclarent que la pandémie les a poussé à partager leurs données personnelles s'ils savent que cela contribue à l'effort de recherche et/ou au bien-être de la société. Il reste à savoir si cela représente une opportunité de long terme pour les entreprises. En fin de compte, la durée de vie de l'altruisme comme motivation dépendra des problèmes que nous pouvons résoudre, sur le plan social, grâce à ce partage de données.

  • À propos de l'enquête mondiale EY sur la protection de la vie privée des consommateurs

    En juillet et août 2020, EY, en collaboration avec Longitude, une société du Financial Times, a interrogé 1 901 consommateurs à travers les zones Amériques, Asie Pacifique, Europe, Moyen-Orient, Inde et Afrique (EMEIA).

    Le questionnaire de l'enquête portait sur les attitudes et les approches en matière de protection et de partage des données personnelles, sur les attentes quant à la manière dont les organisations utilisent les données personnelles et sur la manière dont la protection des données personnelles devrait évoluer dans le monde post-pandémique.

Ce qu'il faut retenir

Le monde s'adapte à de nouveaux modes de vie et de travail, avec une dépendance croissante aux plateformes et services numériques ; les attentes des consommateurs et leur sensibilisation à la protection des données personnelles évoluent également. En adaptant leurs politiques de protection des données personnelles aux attentes des consommateurs et à l'évolution de leurs besoins, les organisations peuvent se démarquer et ainsi se constituer un avantage concurrentiel non négligeable.

A propos de cet article

Auteurs
Marc Ayadi

Associé, EY Consulting, Cyber leader, WEM, France

Cyber Leader. Persuadé que le combat contre le cyber-risque est un combat d’équipe dont l’humain est clef. Passionné par l’histoire et les anciennes civilisations.

Pascal Antonini

Associé, Consulting, Cyber Data Privacy, France

Spécialisé dans le conseil en cybersécurité, protection des données et maîtrise des risques IT. Président de l’AFAI-ISACA représentant l’ISACA en France. Hautboïste dans un orchestre symphonique.