1 déc. 2021
Baromètre digital des ETI 2021

Baromètre digital des ETI 2021

Auteurs
Dominique Pageaud

Associé, Consulting, Responsable du bureau Paris Ile-de-France Middle Market, France

Etre une équipe ce n’est pas uniquement porter le même maillot, c’est aussi agir et se battre ensemble pour un même objectif.

Alban de L’Espinay

Associate Partner, Consulting, Nantes, France

#Catalyseur de la dynamique de transformation des organisations. #Accompagnement du changement.

1 déc. 2021
Thématiques associées Service aux entrepreneurs

La maturité digitale des ETI continue de progresser mais leurs dirigeants semblent prendre conscience que le chemin de la transformation digitale est plus long et plus complexe qu’anticipé.

Alors que le digital reste un sujet incontournable, la direction générale des ETI s’implique de façon croissante dans la stratégie digitale de leur entreprise, comme en attestent les résultats de notre dernière Baromètre annuel. Néanmoins, même si l’acculturation progresse, des freins subsistent en interne dont les résistances au changement des collaborateurs ou encore le manque d’adaptation du management intermédiaire.

Les principaux enseignements :

Plus de 150 dirigeants d’ETI ont répondu à l’institut CSA dans le cadre de notre enquête nationale menée avec Apax Partners et le METI.

Nouveauté 2021 : plus de 1000 collaborateurs ont été interrogés par l’institut CSA.

Voici les principaux enseignements de la 5ème édition de ce baromètre, présentés lors d’un webcast le 1er décembre dernier :


L’important, c’est le chemin
(Chapter breaker)
1

Partie

L’important, c’est le chemin : des ETI plus lucides pour relever les défis de leur transformation digitale

En 2021, maturité rime avec lucidité

La Direction générale des ETI s’implique de façon croissante

La stratégie digitale est, également, devenue un sujet récurrent pour la quasi-totalité des comités de direction. Toutefois, des freins subsistent en interne, même si l’acculturation progresse :

  • les résistances au changement sont toujours citées comme la difficulté principale par le plus grand nombre d’ETI mais ces dernières sont beaucoup moins nombreuses à les mentionner qu’en 2020 ;
  • en revanche, le manque d’adaptation du management intermédiaire est identifié comme problématique par une part croissante d’ETI.

Après l’effet accélérateur de la crise, l’approche des investissements se veut plus raisonnée

Même si la part des dirigeants ayant l’intention d’accroître leurs investissements dans la transformation digitale est toujours élevée, l’effet accélérateur de la crise tend à disparaître aujourd’hui. Les ETI ne sont plus dans l’urgence et les investissements des années passées commencent à porter leurs fruits.

Cette pondération se retrouve également pour l’organisation du travail :

L’onde de choc provoquée par la crise sanitaire va la marquer durablement mais dans une moindre mesure que ce qui était anticipé l’an dernier. Avec l’amélioration de la situation sanitaire et la possibilité de renouer avec la « vie d’avant », les dirigeants sont désormais moins unanimes à vouloir privilégier la dématérialisation des échanges.

Transformation digitale

74%

des ETI l'ont activement engagée

Adaptation à la transformation digitale

47%

des dirigeants identifient le manque d'adaptation du management intermédiaire comme un frein à la transformation digitale

Une dynamique de transformation qui façonne désormais le quotidien des collaborateurs
(Chapter breaker)
2

Partie

Une dynamique de transformation qui façonne désormais le quotidien des collaborateurs

Mais la « révolution » de l’organisation du travail annoncée par la crise sanitaire n’aura (peut-être) pas lieu

Si la transformation digitale est jugée fondamentale par les collaborateurs elle n’en reste pas moins un phénomène relativement récent pour eux.

Nouveauté 2021 : plus de 1000 collaborateurs d’ETI ont été interrogés par l’institut CSA sur leur perception de la transformation digitale dans leur entreprise. Ils ont été sélectionnés dans un panel représentatif de la diversité des territoires, des secteurs d’activité et des tailles d’ETI françaises. Il en ressort un large consensus sur le fait que la transformation digitale est un enjeu stratégique. 83% des collaborateurs (et jusqu’à 92% des managers) considèrent que la transformation digitale est un enjeu fondamental. 66% des collaborateurs estiment que leur entreprise a un stade de maturité élevée en matière de transformation digitale. Avant tout sur la thématique de l’usage d’outils digitaux collaboratifs et la digitalisation des RH, et dans une moindre mesure sur la digitalisation de la relation client et des opérations. Les collaborateurs voient avant tout le digital par le prisme de leur expérience utilisateur. S’il n’y a aucune remise en cause du rationnel et de la nécessité de la transformation digitale, et si ses implications sont tangibles au quotidien pour la plupart d’entre eux, celle-ci n’en reste pas moins un phénomène relativement récent de leur point de vue :  50% des collaborateurs ont entendu parler de transformation digitale dans leur entreprise depuis moins de 3 ans.

Transformation digitale

83%

des collaborateurs la considèrent comme un enjeu fondamental

Actions spécifiques (communication, information, coaching, ateliers, formations).

65%

des collaborateurs en ont bénéficié pour renforcer leurs compétences digitales

  

Des progrès… mais des ambitions qui doivent se renforcer
(Chapter breaker)
3

Partie

Des progrès… mais des ambitions qui doivent se renforcer

Un niveau de développement digital en deçà des enjeux

Le développement des différents domaines demeure en deçà des enjeux avec un faible niveau global de maturité en 2021 (stade maîtrisé de 16% en moyenne).

Les ETI souhaitent se digitaliser avant tout au service des clients. Mais concrètement, seules 13% d’entre elles ont atteint un stade de maturité maîtrisée en « marketing digital, CRM, connaissance client et écoute client », alors que les dirigeants y ont consacré d’importants moyens ces dernières années. D’ailleurs, l’axe client représente un domaine d’investissement prioritaire pour seulement 23% des ETI en 2021, soit une réduction de moitié comparativement à 2018. On constate ce même phénomène de réduction des investissements prioritaires dans tous les domaines clefs de la digitalisation telle que l’innovation dans l'approche des marchés : -27% en 2 ans.

La cybersécurité demeure la top priorité

Seule la cybersécurité résiste et devient paradoxalement le domaine à la fois le plus mature et celui dans lequel les ETI sont les plus nombreuses à vouloir investir.

L’industrie commence à combler son retard

Le retard de l’industrie dans le digital tend à se stabiliser car les écarts d’intention d’investissements avec les autres secteurs se sont fortement réduits en 2021. On constate néanmoins toujours des écarts de maturité significatifs.

Le B2B non seulement rattrape mais dépasse les autres secteurs

Les ETI en B2B vont désormais investir davantage que les autres et confirmer leur plus grande maturité.

Cybersécurité:

44%

des ETI en font une priorité d’investissement (rang 1 de l’étude)

  

La confirmation des grandes tendances
(Chapter breaker)
4

Partie

La confirmation des grandes tendances

Numérique Responsable, Prospective RH, Intelligence artificielle

Numérique responsable

Le numérique responsable est plus que jamais d’actualité. 86 % des dirigeants d’ETI sont sensibilisés au sujet. Un quart d’entre eux ont déjà concrètement mis en œuvre des actions pour réduire l’empreinte sociale, économique et environnementale du numérique et un autre quart compte investir le sujet dans l’année qui vient. La moitié des collaborateurs d’ETI a déjà été sensibilisée au sujet.

Prospective RH

La tension sur les recrutements dans le numérique est devenue première, certaines entreprises n’ont tout simplement pas de candidats pour les postes ouverts. 44 % des ETI ont lancé une démarche de prospective RH visant à identifier les compétences clés de demain, soit 15 points de plus que l’année passée.

La révolution de l’intelligence artificielle n’a pas encore eu lieu

La transformation digitale des années à venir sera sans nulle doute portée par l’intelligence artificielle, même si pour l’heure, elle n'est pas encore suffisamment perçue comme un facteur de transformation des modèles d’affaires et des modèles opérationnels. Les ETI sont très attentistes sur ce sujet.

Numérique responsable:

86%

des dirigeants sont sensibilisés

Prospective RH:

+15%

par rapport au Baromètre 2020

  • Méthodologie

    Ce baromètre est établi sur la base d’une enquête nationale menée par EY avec Apax Partners et le METI.

    Plus de 150 PDG, DG et directeurs d’ETI, tous secteurs confondus, ont répondu à l’institut CSA lors d’entretiens téléphoniques de 15min entre le 28 juin et le 9 juillet 2021.

    Nouveauté 2021 : plus de 1000 collaborateurs ont été interrogés par l’institut CSA sur leur perception de la transformation digitale de leur entreprise (échantillon représentatif de 1005 salariés d’ETI du secteur privé, représentativité assurée par la méthode des quotas (taille d’entreprise, secteur d’activité, régions, sexe, âge…)).

Ce qu'il faut retenir

Alors que le digital reste un sujet incontournable, la direction générale des ETI s’implique de façon croissante dans la stratégie digitale de leur entreprise. Néanmoins, même si l’acculturation progresse, des freins subsistent en interne.

A propos de cet article

Auteurs
Dominique Pageaud

Associé, Consulting, Responsable du bureau Paris Ile-de-France Middle Market, France

Etre une équipe ce n’est pas uniquement porter le même maillot, c’est aussi agir et se battre ensemble pour un même objectif.

Alban de L’Espinay

Associate Partner, Consulting, Nantes, France

#Catalyseur de la dynamique de transformation des organisations. #Accompagnement du changement.