Communiqué de presse

15 nov. 2018 Paris, FR

Baromètre de l’attractivité industrielle de la France 2018

Contact presse

Amélie Fournier

Responsable service relations médias

Amélie est responsable du service de relations médias pour la France. Elle est notamment en charge des expertises Consulting, EY Société d’Avocats et d’autres secteurs

La France est depuis plusieurs années la première destination européenne en nombre d’investissements étrangers dans des sites de production. Surprenante, cette dynamique contraste avec la situation générale de notre industrie. Image, emplois, implantations, compétitivité, impacts sur les territoires, quelles sont les réalités et la perception du site France pour les dirigeants internationaux ? Afin de décrypter les paradoxes qu’ils nous renvoient, EY dévoile la première édition de son baromètre dédié à l’attractivité industrielle de la France pour les investisseurs étrangers.

  • La France est leader en Europe, avec 323 projets industriels menés par des investisseurs étrangers en 2017, contre 216 au Royaume-Uni et 163 en Allemagne.
  • 38 % des répondants du Baromètre EY de l’attractivité 2018 souhaitent une baisse du coût du travail en France.
  • L’industrie capte le tiers des projets d’investissement étranger en France. À titre de comparaison, ce ratio ne s’élève qu’à 20 % au Royaume-Uni et en Allemagne.
  • 41 % des répondants du Baromètre EY de l’attractivité 2018 souhaitent plus de simplification administrative.
  • 77 % des décideurs internationaux ont confiance en l’avenir de l’industrie en France.
  • Seuls 32 emplois sont créés par IDE industriel, contre 50 au Royaume-Uni et 60 en Allemagne.
  • 73 % des consommateurs sont prêts à payer plus pour des produits garantis Made in France.
  • Entre 2014 et 2016, seules 51 % des entreprises de 10 salariés ou plus ont innové.

Attractivité industrielle de la France : quelques constats

Plus de 22 000 entreprises industrielles à capitaux étrangers sont implantées en France, et près de 1 salarié sur 9 travaille dans une filiale de groupe étranger. La France conserve la 1ère place en termes d’accueil de projets industriels européens (16% des projets).

Évolution 2013-2017 des investissements industriels en France, Allemagne et Royaume-Uni (nombre de projets) :

Implantations et extensions d’usines réalisées en 2016 et 2017 par des investisseurs étrangers en Europe (nombre de projets) :

Coût élevé, mais compétitivité en progrès

Depuis 2012, la progression du coût horaire du travail dans le secteur marchand – qui intègre l’industrie - a été plus modérée en France qu’en zone euro (+5,4% contre +7,1% en zone euro) et en particulier qu’en Allemagne (+11,4%). Le coût d’une heure chargée dans l’industrie reste pour cependant élevé dans les deux pays (38,8€/h en France, 40,2€/h en Allemagne) selon Eurostat en 2017.

La transformation du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) en allégements de charges en 2019 pourrait réduire le coût du travail en France dans certains secteurs. La fiscalité pesant sur l’industrie reste élevée, mais évolue dans le bon sens. Les dirigeants le reconnaissent en diminuant de 12 points leur reproche sur le poids de la fiscalité en France entre 2017 et 2018.

La France a su développer de grands champions, mais les PME et ETI industrielles doivent accentuer leur rayonnement mondial

La France ne compte que 120 000 entreprises exportatrices quand l’Allemagne en recense plus de 300 000. La part de marché mondiale de la France était de 3% en 2017 contre 5,1% en 2000. La part de marché de la France en Europe s’élevait à 12,9% en 2017 contre 17% en 2000.

Pourtant, la capacité d’innovation et de recherche reste l’atout majeur de l’attractivité de la France pour 38 % des dirigeants étrangers interrogés,. Le

Baromètre EY 2018 voit cet avantage complété par d’autres critères (l’Europe, les leaderships sectoriels, les talents, le rayonnement touristique). La nature de leurs projets en témoigne : avec 78 nouveaux centres de R&D en 2017 (+53% contre +31% au Royaume-Uni et +23% en Allemagne), la France s’affirme comme un pays compétitif en matière d’innovation.

Bien que complexe et centralisée, la France industrielle parvient à irriguer tous les territoires et notamment les villes moyennes

SI 41% des dirigeants font encore à la France le reproche de sa complexité, 65% de leurs investissements se concrétisent dans des villes moyennes, territoires ruraux ou péri-urbains.

Répartition des projets d’investissement étranger par activité et type de territoire

-