3 min de temps de lecture 21 mai 2019
Chimistes travaillant dans un laboratoire de recherche scientifique

La prochaine vague de consolidation dans l’industrie chimique

L’analyse des données recueillies pendant ces 15 dernières années pourrait être la clé qui permettrait de déterminer la prochaine vague de consolidation par le biais des fusions et acquisitions dans le secteur chimique.

De plus en plus d’entreprises s’engagent dans des activités de fusion et d’acquisition. Et nombreux sont ceux qui, dans le secteur de la chimie, tentent d’identifier le segment de marché au sein duquel cette progression des activités de fusions et acquisitions se produira et la manière dont elle pourrait se poursuivre à l’avenir.

Chez EY, nous avons examiné la logique stratégique qui sous-tend les grandes stratégie et transactions ayant été conclues au cours des 15 dernières années dans le secteur chimique afin de prévoir les tendances qui ont motivé ces opérations.

De notre rapport intitulé « La prochaine vague de consolidation dans le secteur chimique (pdf) », trois éléments se démarquent :

     
  1. Les entreprises dont les performances financières sont insuffisantes sont plus susceptibles de mener des activités de fusion et d’acquisition que les entreprises enregistrant une croissance et une rentabilité solides.
  2. Les entreprises dont les performances financières sont inférieures à la moyenne sont plus susceptibles de procéder à des stratégie et transactions de transformation.
  3. Les entreprises qui présentent un excellent potentiel de croissance et de rentabilité sont soumises à une pression stratégique croissante en vue de réaliser de grandes stratégie et transactions de transformation.
 

Selon Jens-Christian Fritz, analyste financier certifié offrant des services-conseils en matière de stratégie et transactions et opérant en tant que responsable de l’origination pour l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche chez EY, « la croissance et la rentabilité sont les enjeux qui placent les fusions et acquisitions au rang de priorité numéro un pour les dirigeants, en particulier au sein des entreprises qui font face à davantage de difficultés que les autres sur le plan financier. »

Stratégie et Transactions dans l’industrie chimique

Au cours des 15 dernières années, une augmentation significative des activités de fusion et d’acquisition a été enregistrée au sein de l’industrie chimique à l’échelle mondiale. Le nombre de stratégie et transactions d’une valeur supérieure à 3 milliards d’euros a été environ trois fois plus élevé qu’au cours des 15 années précédentes (de 1988 à 2002).

Ces stratégie et transactions tirent leur origine :

     
  • De l’expansion des produits dans des segments à plus forte marge. Les pays concernés par ces stratégie et transactions ont été déterminés par le profil du marché final respectif (par exemple, les produits chimiques électroniques en Asie du Sud-Est).
  • De l’expansion géographique. Des stratégies d’expansion géographique ciblée ont souvent été mises en place dans des régions en forte croissance telles que l’Asie-Pacifique et l’Europe de l’Est.
  • Des gains de parts de marchés. Ces gains ont souvent été enregistrés dans des régions plus matures, notamment en Europe occidentale et en Amérique du Nord.
 

Les stratégie et transactions ont également été favorisées par l’influence régionale. La plupart des grandes stratégie et transactions ont été conclues dans des régions matures, telles que les États-Unis, l’Europe occidentale et le Japon. Ce type de transaction a également été observé dans les régions en croissance, telles que la Chine, l’Inde, la Thaïlande, l’Indonésie, l’Afrique du Sud et l’Europe de l’Est.

 

En outre, le nombre de stratégie et transactions a augmenté dans certains sous-segments du secteur chimique, notamment dans la filière des adhésifs, de la pétrochimie et des peintures et revêtements. Les stratégie et transactions les plus récentes ont eu lieu entre 2016 et 2018 dans les sous-secteurs du gaz pour l’agriculture et des gaz industriels.

La croissance et la rentabilité sont les enjeux qui placent les fusions et acquisitions au rang de priorité numéro un pour les dirigeants, en particulier au sein des entreprises qui font face à davantage de difficultés que les autres sur le plan financier.
Jens-Christian Fritz
Ancien responsable de l’origination chez EY pour l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche

L’effondrement attendu des stratégie et transactions dans le secteur des produits chimiques

Bien que le nombre d’opérations ait augmenté, les entités acquises récemment ont accusé de mauvais résultats selon l’indice S&P 500 des sociétés de produits chimiques au cours de la première année suivant l’annonce de la transaction. En outre, les activités de fusion et d’acquisition dans le secteur devraient ralentir pour des raisons macroéconomiques et géopolitiques.

Toutefois, étant donné que les entreprises continuent à rechercher des segments à forte croissance et à marge élevée, la fréquence de ces activités devrait être rétablie à long terme. Les entreprises qui ont enregistré une faible croissance et de faibles bénéfices dans le passé risquent de se voir distancées par la concurrence en ce qui concerne la conclusion de nouvelles opérations.

Ces entreprises doivent élaborer des stratégies susceptibles d’améliorer leur croissance et leur rentabilité. Pour la même raison, nous pensons qu’elles joueront un rôle majeur dans la prochaine vague de consolidation dans certains sous-secteurs de l’industrie chimique.

Attractivité des sous-secteurs de l’industrie chimique pour les stratégie et transactions

Les entreprises pour lesquelles des stratégie et transactions de transformation importantes apparaissent comme nécessaires peuvent être identifiées grâce à une analyse plus approfondie. Il est également important d’identifier les sous-secteurs de l’industrie chimique au sein desquels une progression des activités de fusion et d’acquisition peut avoir lieu.

 Trois paramètres importants contribuent à l’attractivité des sous-secteurs :

     
  • les perspectives de croissance de chaque sous-secteur ;
  • les niveaux de la marge d’EBITDA ;
  • la proportion d’actifs circulant dans chaque sous-secteur.
 

Compte tenu de ces paramètres, nous prévoyons que certains sous-secteurs, tels que les produits chimiques pour les produits alimentaires, pour les produits d’hygiène personnelle et pour la construction, ainsi que les peintures et revêtements, affichent des résultats inférieurs à ceux du secteur dans son ensemble. Par conséquent, il est probable qu’un accroissement des activités de fusion et d’acquisition soit enregistré au sein de ces sous-secteurs dans un avenir proche.

Cependant, avant de s’engager dans cette voie, les entreprises doivent se doter de technologies avancées et placer les innovations au centre de leur stratégie, afin de prolonger le cycle de vie des produits spécialisés.

Ce qu'il faut retenir

Les entreprises qui tentent de prévoir la prochaine vague de consolidation dans le secteur de la chimie doivent commencer à explorer de nouveaux sites, marchés et catégories de produits pour atteindre leurs objectifs de croissance et de rentabilité. Elles doivent également se concentrer sur l’amélioration de leurs offres commerciales en opérant des stratégie et transactions stratégiques.  (Télécharger le PDF.)

A propos de cet article