Communiqué de presse

26 nov. 2020

Index d’Attractivité des Energies Renouvelables 56

EY publie les résultats de son 56ème rapport bi-annuel RECAI (Renewable Energy Country Attractiveness Index), qui dresse un état des lieux de l’attractivité dans le secteur des énergies renouvelables des différents pays.

Contact presse
Amélie Fournier

Responsable service relations médias

Amélie est responsable du service de relations médias pour la France. Elle est notamment en charge des expertises Consulting, EY Société d’Avocats et d’autres secteurs

Thématiques associées Power and utilities

EY publie les résultats de son 56ème rapport bi-annuel RECAI (Renewable Energy Country Attractiveness Index), qui dresse un état des lieux de l’attractivité dans le secteur des énergies renouvelables des différents pays.

Les États-Unis maintiennent leur première place, grâce au soutien important des plans de relance du Covid-19 destinés aux projets d'énergie renouvelable et au potentiel retour dans les Accords de Paris sur le climat. Malgré la pandémie, la Chine conserve la deuxième place de l'indice, portée par le secteur de l’énergie solaire qui reste moteur et les perspectives très importantes de l’éolien.

L'Australie atteint sa position la plus élevée dans l'histoire du RECAI, se plaçant troisième, grâce aux annonces de mega-projets de solaire et d’hydrogène destinés à l’export.  

La France de son côté, se classe à la septième position, des appels d’offres ayant été décalés en raison de la covid-19. Ce classement s’explique notamment par le projet d’amendement visant à revoir les tarifs d’achat d’installations solaires (ayant depuis fait l’objet d’un amendement de suppression de la part du Sénat) mais aussi par les annonces de l’Inde (4ème) qui s’est fixé un objectif de 510 GW à horizon 2030 et du Royaume Uni (5ème) qui vient d’annoncer un objectif de 40 GW pour l’éolien offshore en 2030 (soit un quadruplement par rapport aux capacités actuelles).

Pour autant, la France reste dans le peloton de tête des marchés les plus attractifs, notamment grâce au plan national de développement de l’hydrogène (7 milliards d’euros) et plus généralement de la partie du plan de relance verte allouée à la transition énergétique et écologique (environ 30 milliards d’euros). De plus, les premiers Corporate PPA (Power Purchase Agreement) se développent, une tendance qui devrait se confirmer avec la réforme attendue de l’ARENH.

Focus sur l’hydrogène et l’IA :

L’hydrogène 

  • Le consensus politique européen sur le sujet devient un véritable enjeu pour la filière. Le rôle des pouvoirs publics est critique dans le « scale-up » de l’hydrogène vert.
  • Tout l’objectif est désormais de rendre cet hydrogène à bas carbone compétitif en termes de coût, ce qui impliquera un changement d’échelle.
  • D'ici à 2024, l'Union Européenne souhaite installer au moins 6 gigawatts (GW) d’électrolyseurs pour créer l'hydrogène vert, et ainsi en produire jusqu'à 1 million de tonnes. D’ici à 2030, elle souhaite passer à au moins 40 GW d'hydrogène renouvelable électrolysé, produisant jusqu'à 10 millions de tonnes d’hydrogène vert.  
  • L’hydrogène offre de nouvelles perspectives de stockage sur la longue durée, d’autant plus qu’il sera complémentaire à l’utilisation de batteries.

L’Intelligence Artificielle

  • L’intelligence artificielle permettra d’optimiser les prévisions de productible et de consommation, c’est-à-dire d’optimiser le travail du gestionnaire de réseau dans l’équilibre de l’offre et de la demande. Ce qui permettrait notamment de limiter les phénomènes de coupures.
  • Une meilleure prédiction permettra de réduire les besoins de capacité de réserve, et donc les coûts de fonctionnement du réseau, ou encore de prendre des positions optimisées (achat/vente) sur les marchés de l’électricité.
  • L’intelligence artificielle permettra d’accroitre les revenus et de réduire les coûts de maintenance grâce à la maintenance prédictive.
  • Les Business Plans des projets pourront être plus fiables grâce aux projections de l’intelligence artificielle qui améliorera l’appréciation des conditions de financement.

« Les plans de relance post-covid sont une opportunité d’accélérer le passage à l’échelle de technologies bas-carbone telles que la production d’hydrogène vert. Ces technologies seront indispensables pour atteindre les objectifs de neutralité carbone qui ont été annoncés par l’Union Européenne, la Chine et plus récemment le Japon, en attendant les Etats-Unis. Nous pouvons donc nous attendre à des investissements massifs dans le secteur des renouvelables et de l’hydrogène », déclare Alexis Gazzo, Associé EY.