Communiqué

5 mars 2018 Vancouver, CA

Regain des activités minières et de l’exploration en Colombie-Britannique après des années de stagnation

Le secteur de l’exploration minière et du charbon en Colombie-Britannique a renoué avec la croissance l’année dernière pour la première fois depuis 2012, selon le deuxième sondage annuel sur l’exploration minière et du charbon en Colombie-Britannique réalisé par EY, le ministère de l’Énergie, des Mines et des Ressources pétrolières de la Colombie-Britannique et l’Association for Mineral Exploration British Columbia (l’«AME»).

Personne-ressource auprès des médias

Camille Larivière

Spécialiste, Relations publiques, EY Canada

Professionnelle des relations publiques et des communications. Fière ambassadrice de la langue française au Canada. Curieuse. Accro à la caféine. Adore les hivers canadiens.

Sujets connexes Mines et métaux

Les indicateurs du marché sont solides malgré les effets de la pire saison des feux

Le secteur de l’exploration minière et du charbon en Colombie-Britannique a renoué avec la croissance l’année dernière pour la première fois depuis 2012, selon le deuxième sondage annuel sur l’exploration minière et du charbon en Colombie-Britannique réalisé par EY, le ministère de l’Énergie, des Mines et des Ressources pétrolières de la Colombie-Britannique et l’Association for Mineral Exploration British Columbia (l’«AME»).

Le sondage, présenté aujourd’hui au congrès de l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs (PDAC) à Toronto, révèle que les dépenses d’exploration dans l’ensemble de la Colombie-Britannique ont totalisé 246 millions de dollars en 2017, une hausse de 41 millions de dollars, ou 20 %, par rapport à l’année précédente. L’exploration aurifère a compté pour 37 millions de dollars, ou 87 %, de cette augmentation, soutenue par une hausse des activités dans la ceinture aurifère de la province, nommément dans les régions du Golden Triangle et de Cariboo. Le fait que l’exploration aurifère soit aussi importante en Colombie-Britannique s’inscrit dans la tendance mondiale : en 2017, l’or représentait plus des trois quarts de la hausse annuelle des dépenses d’exploration mondiales. 

«L’année dernière, nous avons assisté à une redynamisation du secteur de l’exploration en Colombie-Britannique, principalement sous l’effet du raffermissement de l’économie canadienne et de l’amélioration des perspectives à l’égard du prix des produits de base. Sans les feux de forêt dévastateurs, les dépenses auraient été encore plus élevées, déclare Iain Thompson, leader des Services consultatifs au secteur des mines et métaux d’EY pour le Canada. Nous prévoyons que ces conditions favorables se prolongeront en 2018.»

D’autres métaux ont également connu un regain d’activité. Les dépenses d’exploration dans le cadre des projets d’argent primaire ont plus que doublé, s’établissant à 9,8 millions de dollars, alors que celles du zinc ont progressé de près de 50 % atteignant 8,2 millions de dollars dans la foulée de la hausse des prix. Toutefois, l’exploration du charbon a reculé de 18 %, ou 7 millions de dollars. Ce recul a eu des répercussions importantes sur la région du Nord-Est de la province où les dépenses d’exploration ont diminué de près de 75 % pour s’établir à 2,4 millions de dollars.

En revanche, les régions du Nord-Ouest et du Sud-Est ont été fertiles en activités d’exploration, représentant plus des trois quarts (77 %, ou 33 millions de dollars) de l’augmentation des dépenses d’exploration générales.

«Le secteur minier joue un rôle décisif dans la santé économique de la Colombie-Britannique, affirme Gordon Clarke, directeur du bureau de l’exploitation des minéraux de la Colombie-Britannique. Avec des revenus miniers qui devraient vraisemblablement atteindre les 9 milliards de dollars par année, il est important de cerner de nouvelles occasions de développement et d’encourager la croissance continue dans ce secteur robuste.»

«Il est rassurant de constater que les dépenses d’exploration reprennent en Colombie-Britannique, d’autant plus que l’épuisement des ressources refait surface sur la liste des risques de ce secteur, confie Jonathan Buchanan, directeur des Affaires générales de l’AME. Nous nous réjouissons également du fait que les participants au sondage demeurent déterminés à collaborer avec les Premières Nations lors de la recherche de nouveaux gisements de ressources naturelles afin de faire en sorte que les retombées rejaillissent sur les collectivités locales et environnantes.»

Pour lire l’intégrité de ce rapport, consultez la page ey.com/ca/bcminingsurvey.

– 30 –

À propos d’EY
EY est un chef de file mondial des services de certification, services de fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. Depuis plus de 150 ans au Canada, nous offrons les points de vue et les services de qualité qui contribuent à renforcer la confiance envers les marchés financiers ici et dans diverses économies du monde entier. Nous formons des leaders exceptionnels, qui unissent leurs forces pour assurer le respect de nos engagements envers toutes nos parties prenantes. Ce faisant, nous jouons un rôle crucial en travaillant ensemble à bâtir un monde meilleur pour nos gens, nos clients et nos collectivités.

Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com/ca/fr ou suivez-nous sur Twitter : @EYCanada.

EY désigne l’organisation mondiale des sociétés membres d’Ernst &Young Global Limited, lesquelles sont toutes des entités juridiques distinctes, et peut désigner une ou plusieurs de ces sociétés membres. Ernst & Young Global Limited, société à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ne fournit aucun service aux clients. Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com/ca/fr.