Communiqué

5 avr. 2018 Toronto, CA

Quatre-vingt-quatre pour cent des dirigeants canadiens prévoient procéder à un désinvestissement au cours des 12 prochains mois

Selon l’étude Global Corporate Divestment Study 2018 d’EY, 84 % des dirigeants canadiens prévoient procéder à un désinvestissement au cours des 12 prochains mois, soit plus de dix points de pourcentage que la moyenne mondiale (72 %).

Personne-ressource auprès des médias

Camille Larivière

Spécialiste, Relations publiques, EY Canada

Professionnelle des relations publiques et des communications. Fière ambassadrice de la langue française au Canada. Curieuse. Accro à la caféine. Adore les hivers canadiens.

Sujets connexes Stratégie et transactions

Les entreprises tirent parti des avancées numériques pour créer de la valeur en contexte transactionnel ou non.

Selon l’étude Global Corporate Divestment Study 2018 d’EY, 84 % des dirigeants canadiens prévoient procéder à un désinvestissement au cours des 12 prochains mois, soit plus de dix points de pourcentage que la moyenne mondiale (72 %).

«Les entreprises canadiennes se tournent plus que jamais vers le désinvestissement pour obtenir un avantage concurrentiel, affirme Fany Boucher, associée, Soutien à la transaction chez EY. Elles ont mené plus fréquemment des examens de portefeuilles, car elles ont la volonté de se départir d’actifs non productifs et de tirer parti des stratégies numériques. Il est encourageant de voir que ces examens commencent à porter leurs fruits.»

Les résultats de l’étude indiquent que la technologie est un thème de plus en plus présent en contexte transactionnel ou non. La majorité (92 %) des répondants sondés au Canada indiquent que les changements technologiques sont le facteur qui exerce la plus grande influence sur leurs projets de désinvestissement, ce qui représente une hausse de 20 % par rapport à 2017.

Cette situation se traduit par une hausse du nombre d’entreprises canadiennes qui envisagent de procéder à des désinvestissements pour réunir des capitaux et financer des stratégies de croissance numérique. En fait, près de la moitié (41 %) des dirigeants canadiens indiquent que la nécessité de financer de l’investissement dans de nouvelles technologies a entraîné récemment un désinvestissement majeur, le produit a été réinvesti dans l’entreprise, la priorité absolue étant l’amélioration de l’efficacité opérationnelle.

La technologie joue également un rôle dans le processus transactionnel lui-même. Selon l’étude, les entreprises tirent parti de l’analyse des données pour prendre des décisions plus éclairées sur les stratégies de croissance et pour créer de la valeur dans le cadre du processus de désinvestissement. Près de la moitié (43 %) des répondants indiquent que l’analytique a créé de la valeur ajoutée permettant de comprendre la véritable valeur des activités non essentielles et de déterminer s’il convenait de s’en départir.

«Il ressort clairement de l’étude que la technologie est à la fois un facteur de désinvestissement et un moyen optimal pour stimuler la transformation numérique des entreprises, affirme Fany Boucher. Ces dernières doivent toutefois garder à l’esprit qu’il est essentiel de bien se préparer pour maximiser la valeur. Pour créer la plus grande valeur dans le cadre d’un processus transactionnel, vous devez prendre le temps de comprendre l’incidence de la technologie sur votre entreprise, intégrer l’analytique à vos processus décisionnels et élaborer des documents de contrôle préalable efficaces.»

Consulter l’intégralité du rapport en ligne.

– 30 –

À propos d’EY
EY est un chef de file mondial des services de certification, services de fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. Depuis plus de 150 ans au Canada, nous offrons les points de vue et les services de qualité qui contribuent à renforcer la confiance envers les marchés financiers ici et dans diverses économies du monde entier. Nous formons des leaders exceptionnels, qui unissent leurs forces pour assurer le respect de nos engagements envers toutes nos parties prenantes. Ce faisant, nous jouons un rôle crucial en travaillant ensemble à bâtir un monde meilleur pour nos gens, nos clients et nos collectivités.

Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com/ca/fr ou suivez-nous sur Twitter : @EYCanada.

EY désigne l’organisation mondiale des sociétés membres d’Ernst &Young Global Limited, lesquelles sont toutes des entités juridiques distinctes, et peut désigner une ou plusieurs de ces sociétés membres. Ernst & Young Global Limited, société à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ne fournit aucun service aux clients. Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com.