Communiqué

28 mai 2018 Montréal, CA

Les changements de politiques fiscales, commerciales et réglementaires préoccupent les hauts dirigeants canadiens

Selon le Sondage sur l’affectation des capitaux et la compétitivité du Canadad’EY, près des deux tiers des hauts dirigeants canadiens estiment que la récente réforme fiscale américaine et l’incertitude entourant la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain («ALENA») auront des effets négatifs sur l’économie canadienne.

Personne-ressource auprès des médias

Camille Larivière

Spécialiste, Relations publiques, EY Canada

Professionnelle des relations publiques et des communications. Fière ambassadrice de la langue française au Canada. Curieuse. Accro à la caféine. Adore les hivers canadiens.

Les hauts dirigeants indiquent que la réforme fiscale du gouvernement Trump et la renégociation de l’ALENA ont des répercussions sur leur entreprise et sur l’économie

Selon le Sondage sur l’affectation des capitaux et la compétitivité du Canada d’EY, près des deux tiers des hauts dirigeants canadiens estiment que la récente réforme fiscale américaine et l’incertitude entourant la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain («ALENA») auront des effets négatifs sur l’économie canadienne.

Même si 52 % des répondants affirment qu’il est improbable que la réforme fiscale américaine ait une incidence notable sur leurs décisions se rapportant à leur entreprise et à l’affectation des capitaux, 61 % sont d’accord pour dire qu’elle aura des effets négatifs sur l’économie canadienne.

De plus, ce sondage révèle que 51 % des entreprises sondées estiment que, dans la foulée de la nouvelle politique fiscale au sud de la frontière, leurs concurrents américains pourraient dorénavant jouir d’un avantage au chapitre de la concurrence pour les nouvelles possibilités d’affaires. Leurs préoccupations ne se limitent pas au gouvernement Trump. Les hauts dirigeants se montrent aussi préoccupés par les récentes modifications apportées aux politiques fiscales, réglementaires et budgétaires au Canada; 59 % des répondants mentionnent, en effet, que ces modifications pourraient avoir une incidence négative sur les entreprises canadiennes et sur l’économie en général (61 %).

Mené au printemps 2018, le sondage a évalué les réactions de 165 chefs d’entreprise à l’égard de plusieurs modifications fiscales et réglementaires au Canada et aux États-Unis, de la renégociation de l’ALENA, du Partenariat transpacifique («PTP»), du Brexit et d’autres développements en matière de politique.

«De toute évidence, les hauts dirigeants canadiens ressentent déjà les effets des changements stratégiques importants mis en œuvre par le gouvernement Trump et les répercussions d’autres événements géopolitiques, indique Fred O’Riordan, leader national, Politique fiscale, d’EY. La réponse du gouvernement fédéral à ces préoccupations, et la rapidité de cette réponse, dictera dans quelle mesure le Canada restera concurrentiel à court terme. Elle pourrait avoir une incidence importante sur les décisions des chefs d’entreprise relativement au recrutement et au maintien des effectifs, voire sur leur décision de demeurer au Canada à long terme.»

Sur les questions concernant les enjeux transfrontaliers ou internationaux, seulement 39 % des répondants pensent que la renégociation actuelle de l’ALENA aura une incidence négative sur la compétitivité globale de leur entreprise. Toutefois, un nombre beaucoup plus élevé de répondants (62 %) s’attendent à ce que l’incertitude entourant l’ALENA ait un effet néfaste sur l’économie canadienne. Sur une note plus positive, le sondage indique que la plupart des entreprises sont plutôt neutres à l’égard des conséquences d’autres accords commerciaux, comme l’Accord économique et commercial global et le PTP. Environ 60 % des répondants prévoient que le PTP aura des conséquences positives pour la population canadienne.

Peu de répondants se sont montrés préoccupés par les négociations liées aux Brexit, seulement 22 % des personnes sondées déclarant qu’elles auront des conséquences directes sur leurs projets d’affaires.

Consultez le rapport sur les résultats du Sondage sur l’affectation des capitaux et la compétitivité du Canada pour en savoir davantage.

– 30 –

À propos d’EY

EY est un chef de file mondial des services de certification, services de fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. Les points de vue et les services de qualité que nous offrons contribuent à renforcer la confiance envers les marchés financiers et les diverses économies du monde. Nous formons des leaders exceptionnels, qui unissent leurs forces pour assurer le respect de nos engagements envers toutes nos parties prenantes. Ce faisant, nous jouons un rôle crucial en travaillant ensemble à bâtir un monde meilleur pour nos gens, nos clients et nos collectivités.

Pour plus d’information, veuillez consulter le site ey.com/ca/fr. Suivez-nous sur Twitter : @EYCanada.

EY désigne l’organisation mondiale des sociétés membres d’Ernst & Young Global Limited, lesquelles sont toutes des entités juridiques distinctes, et peut désigner une ou plusieurs de ces sociétés membres. Ernst & Young Global Limited, société à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ne fournit aucun service aux clients. Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com.