Communiqué

6 nov. 2018 Montréal, CA

Diminution de 12 % du rendement de l’indice Canadian Mining Eye au troisième trimestre

Au troisième trimestre, l’indice Canadian Mining Eye d’EY s’est replié de 12 % par rapport au deuxième trimestre de 2018.

Personne-ressource auprès des médias

Camille Larivière

Spécialiste, Relations publiques, EY Canada

Professionnelle des relations publiques et des communications. Fière ambassadrice de la langue française au Canada. Curieuse. Accro à la caféine. Adore les hivers canadiens.

Sujets connexes Mines et métaux

Des sources sont disponibles pour discuter de la baisse au T3 2018

(Montréal, le 6 novembre 2018) Au troisième trimestre, l’indice Canadian Mining Eye d’EY s’est replié de 12 % par rapport au deuxième trimestre de 2018.

Comparaison des indices

T3 2018

T2 2018

Indice Canadian Mining Eye

-12 %

1 %

Indice UK Mining Eye

-3 %

1 %

Indice composé des mines et métaux S&P/TSX

-1 %

6 %

Indice des principales minières

-16 %

2 %

Après avoir enregistré une baisse de 5 % au deuxième trimestre de 2018, le cours de l’or a continué à chuter, se repliant de 5 % au troisième trimestre. Ce recul reflète essentiellement la vigueur du dollar américain et la hausse récente du taux de la Réserve fédérale américaine de 0,25 % en septembre. À long terme, même si les tarifs douaniers entre les États-Unis et la Chine et la demande saisonnière entraînaient une hausse du cours de l’or, des hausses supplémentaires potentielles du taux de la Réserve fédérale américaine freineraient probablement tout élan haussier.

«Malgré le repli du cours de l’or, la plupart des sociétés aurifères de grande envergure pensent terminer l’exercice en force, précise Patrick Bertrand-Daoust, leader du secteur des mines et métaux d’EY pour le Québec. En raison de la teneur élevée des extraits et de hausses de cadence de production, la plupart d’entre elles estiment être en bonne voie d’atteindre leurs prévisions de production pour l’exercice.»

Le cours du nickel a diminué de 16 % au troisième trimestre de 2018, après avoir enregistré un gain de 12 % au deuxième trimestre de 2018. Le cours du nickel devrait toutefois progresser sous l’effet de la forte demande pour les batteries rechargeables destinées aux véhicules électriques et de la diminution des stocks enregistrée en 2018.

Les cours du cuivre et du zinc ont poursuivi leur déclin pour un troisième trimestre de suite, chutant respectivement de 5 % et 9 %. À court terme, une pénurie de l’offre devrait entraîner la hausse des cours de ces métaux.

«Pour plusieurs, le cobalt constitue toujours l’une des possibilités les plus intrigantes dans le secteur minier, poursuit M. Bertrand-Daoust. Les véhicules électriques ne cessent de gagner en popularité, ce qui se reflète dans la demande pour des batteries rechargeables. Selon nous, cette tendance devrait avoir une incidence importante sur la hausse de la demande en cobalt et la hausse du cours de ce métal au cours des cinq prochaines années environ.»

Section spéciale – Compte rendu de l’entrevue avec Peter Marrone, fondateur et président-directeur de Yamana Gold

Dans le numéro du Canadian Mining Eye d’EY pour le troisième trimestre de 2018, vous trouverez également le compte rendu d’une entrevue avec Peter Marrone, fondateur et président-directeur de Yamana Gold, qui s’est entretenu des difficultés auxquelles se heurtent les sociétés minières et du rôle des technologies numériques dans le secteur minier.

«J’estime qu’il faut faire preuve de rigueur en intégrant les technologies numériques au secteur minier et qu’il faut prendre le temps de bien se renseigner pour comprendre les avantages qui découlent des nouvelles technologies numériques ou informatiques telles que l’intelligence artificielle, a confié M. Marrone à EY. En faisant appel aux bons tiers, en s’associant aux bons partenaires et en validant ses connaissances auprès de ceux-ci, on se positionne pour tirer pleinement parti de l’innovation.»

Pour accéder à l’entrevue intégrale et au numéro du Canadian Mining Eye d’EY pour le troisième trimestre de 2018, visitez le site ey.com/ca/miningeye.

L’équipe canadienne du secteur des mines et métaux d’EY est disponible pour parler des constatations du rapport.

– 30 –

À propos d’EY
EY est un chef de file mondial des services de certification, services de fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. Les points de vue et les services de qualité que nous offrons contribuent à renforcer la confiance envers les marchés financiers et les diverses économies du monde. Nous formons des leaders exceptionnels, qui unissent leurs forces pour assurer le respect de nos engagements envers toutes nos parties prenantes. Ce faisant, nous jouons un rôle crucial en travaillant ensemble à bâtir un monde meilleur pour nos gens, nos clients et nos collectivités.

Pour plus d’information, veuillez visiter le site ey.com/ca/fr. Suivez-nous sur Twitter @EYCanada.

EY désigne l’organisation mondiale des sociétés membres d’Ernst & Young Global Limited, lesquelles sont toutes des entités juridiques distinctes, et peut désigner une ou plusieurs de ces sociétés membres. Ernst & Young Global Limited, société à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ne fournit aucun service aux clients. Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com.