Communiqué

13 nov. 2018 Montréal, CA

Un sondage révèle que les cadres canadiens mettent en veilleuse leurs projets de F&A

D’après les points saillants canadiens du 19e numéro du Baromètre mondial de la confiance des entreprises d’EY, les cadres du Canada réfrènent leurs élans en matière de transactions, et ce, même si la vigueur des économies canadienne et mondiale leur inspire confiance.

Personne-ressource auprès des médias

Camille Larivière

Spécialiste, Relations publiques, EY Canada

Professionnelle des relations publiques et des communications. Fière ambassadrice de la langue française au Canada. Curieuse. Accro à la caféine. Adore les hivers canadiens.

Bien qu’optimistes quant à l’amélioration de l’économie, la plupart préfèrent user de prudence sur le marché transactionnel

D’après les points saillants canadiens du 19e numéro du Baromètre mondial de la confiance des entreprises d’EY, les cadres du Canada réfrènent leurs élans en matière de transactions, et ce, même si la vigueur des économies canadienne et mondiale leur inspire confiance.

Il se dégage également des résultats du sondage que la majorité des cadres canadiens considèrent que les bénéfices des entreprises (73 %) et le marché des fusions et acquisitions (F&A) (81 %) progressent. Malgré cela, moins de la moitié des répondants (46 %) prévoient chercher activement à conclure une acquisition au cours des 12 prochains mois.

«La confiance demeure, mais l’appétit transactionnel s’affaiblie, explique Ken Brooks, associé dans le groupe Services consultatifs transactionnels d’EY Canada. Après les niveaux record d’activité enregistrés récemment sur le marché des F&A, les cadres canadiens prennent du recul. Le constat que le potentiel de synergies associé aux transactions récentes n’a pas été pleinement réalisé et l’incertitude grandissante sur la scène géopolitique font que, pour le moment, les conseils d’administration accordent moins la priorité aux projets transactionnels.»

Plus de la moitié des répondants canadiens (53 %) affirment que les synergies transactionnelles réalisées cette année par leur entreprise sont moindres que prévu. C’est pourquoi les cadres réagissent en s’engageant plus tôt que d’habitude dans le processus d’intégration et en établissant des cibles plus ambitieuses, de façon à maximiser la valeur de leurs transactions futures.

«La réalisation de synergies et l’optimisation du processus d’intégration peuvent faire toute la différence entre une bonne transaction et une mauvaise, soutient M. Brooks. La plupart des cadres estiment que la valeur générée par les synergies représente environ le tiers de la valeur transactionnelle globale. C’est pourquoi il est si important pour les entreprises d’investir dans des mesures correctrices efficaces favorisant la réalisation des synergies recensées dans le cadre du processus transactionnel.»

L’incertitude réglementaire et géopolitique et l’incertitude liée aux politiques ont également une incidence sur l’activité transactionnelle. De fait, 19 % des répondants affirment que les modifications apportées aux politiques commerciales et tarifaires les amènent à remettre en question leurs éventuelles cibles d’acquisition.

«Les cadres ont présent à l’esprit le remplacement de l’ALENA par l’AEUMC, et ils sont nombreux à attendre que les choses se précisent avant de s’engager résolument dans la réalisation de leurs projets transactionnels, explique M. Brooks. Pour les entreprises, c’est un bon moment pour investir dans leurs activités et consolider leurs compétences de base, de façon à pouvoir passer rapidement à l’action une fois que l’incertitude se sera dissipée.»

Pour d’autres faits saillants canadiens, accédez au numéro courant du Baromètre mondial de la confiance des entreprises d’EY.

-30-

À propos d’EY
EY est un chef de file mondial des services de certification, services de fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. Les points de vue et les services de qualité que nous offrons contribuent à renforcer la confiance envers les marchés financiers et les diverses économies du monde. Nous formons des leaders exceptionnels, qui unissent leurs forces pour assurer le respect de nos engagements envers toutes nos parties prenantes. Ce faisant, nous jouons un rôle crucial en travaillant ensemble à bâtir un monde meilleur pour nos gens, nos clients et nos collectivités.

Pour plus d’information, veuillez consulter le site ey.com/ca/fr. Suivez-nous sur Twitter @EYCanada.

EY désigne l’organisation mondiale des sociétés membres d’Ernst & Young Global Limited, lesquelles sont toutes des entités juridiques distinctes, et peut désigner une ou plusieurs de ces sociétés membres. Ernst & Young Global Limited, société à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, ne fournit aucun service aux clients. Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com.