Communiqué

9 mars 2022 Montréal, CA

L’essor du numérique encourage plus de la moitié des PME canadiennes à partager leurs données

L’hyperpersonnalisation incite les institutions financières à maximiser le potentiel des services bancaires ouverts

Personne-ressource auprès des médias
Dina Elshurafa

Spécialiste, Relations publiques, EY Canada

Toujours à poser des questions, trouver de nouvelles idées et créer des solutions innovatrices visant l’atteinte de résultats mesurables. Accro au café et à l’affût des bons petits restos de Toronto.

  • La conformité aux normes des autorités en valeurs mobilières est la priorité des PME lorsqu’elles partagent des données 
  • Les services personnalisés constituent la valeur d’échange la plus importante pour les propriétaires de PME
  • Les services autres que financiers aux entreprises représentent des possibilités inexploitées de renforcer les relations

Le sondage d’EY sur les finances axées sur les clients révèle que, en raison de la montée en flèche des interactions et des transactions en ligne attribuable à la pandémie, 56 % des petites et moyennes entreprises sondées sont prêtes à partager leurs données commerciales avec des fournisseurs de services financiers en échange de solutions technologiques personnalisées qui répondent à leurs besoins.

« L’incidence de la pandémie sur les PME représente une occasion unique pour les institutions financières de redéfinir leur proposition de valeur et de se positionner comme partenaires d’affaires stratégiques, a déclaré Abhishek Sinha, leader, système bancaire ouvert d’EY Canada. Toutefois, bâtir cette relation nécessitera davantage de transparence de la part des fournisseurs de services financiers quant aux investissements dans la sécurité réalisés pour répondre aux préoccupations suscitées par la protection des renseignements personnels et l’utilisation éthique des données. »
 
La capacité de protéger les données et de neutraliser les plus récentes menaces pour la sécurité est cruciale pour le renforcement de la confiance des clients. Parmi les dirigeants des PME qui sont peu enclines à partager les données, 37 % affirment que la sécurité des données est leur principale préoccupation et la raison qui les empêche de le faire.

« L’argumentaire est convaincant, mais les fournisseurs de services financiers doivent dorénavant communiquer activement les avantages pour créer et maintenir une relation de confiance avec leurs clients, a ajouté M. Sinha. En déployant des technologies de pointe à grande échelle et en tirant parti des données des clients, ils pourront développer des produits fondés sur les données et des solutions personnalisées qui favorisent la prise de décisions d’affaires et l’agilité sur le marché. »

Il est plus facile de convaincre les dirigeants des entreprises de taille moyenne, dont environ 30 % ont indiqué qu’ils étaient prêts à partager les données à grande échelle, que ceux des petites entreprises. Et plus de la moitié (64 %) d’entre eux sont prêts à partager leurs données avec des FinTech ou avec des banques concurrentes. Toutefois, les préférences évoluent pour ce qui est du type de données que les consommateurs partagent. Selon la majorité des répondants au Canada, la probabilité qu’ils partagent les données sur leurs achats, leurs ventes et leurs stocks est de moins de 20 %.

« Pour répondre aux divers besoins de chaque PME cliente, accroître l’offre de services autres que financiers et aider les clients à mener leurs activités plus efficacement, les institutions financières doivent aller au-delà des paramètres traditionnels du système bancaire, affirme Paul Battista, leader, groupe Services financiers d’EY Canada. Le partenariat avec des fournisseurs qui développent des outils d’administration des affaires est une manière d’aider les clients à comprendre la valeur du partage des données. »

Le sondage d’EY révèle que 75 % des petites entreprises, et plus de 40 % des moyennes entreprises, pourraient vouloir tirer parti des avantages offerts par les outils d’administration des affaires. Compte tenu du volume considérable de données pertinentes provenant de ces outils d’administration des affaires tels que des logiciels de comptabilité ou de gestion de la relation client, les institutions financières disposent d’une occasion unique de soutenir leurs clients de manière innovante, en s’associant avec les fournisseurs pour développer une offre intégrée de services directement aux PME clientes.

« Il devient pressant de répondre aux attentes grandissantes des clients tout en préservant la sécurité et la stabilité essentielles à la confiance, a conclu M. Sinha. Les fournisseurs de services financiers qui cherchent à tirer profit des nouvelles possibilités de croissance doivent élaborer une stratégie de services bancaires ouverts articulée autour de facteurs de différentiation, investir dans l’analytique et tirer parti de l’amélioration du partage des données pour offrir des services différemment. »

Pour plus d’informations sur le système bancaire ouvert, consultez le sondage d’EY sur les finances axées sur les clients.

– 30 –


À propos d’EY

La raison d’être d’EY est de bâtir un monde meilleur, de créer de la valeur à long terme pour les clients, les gens et la société et de renforcer la confiance à l’égard des marchés financiers. S’appuyant sur les données et la technologie, les équipes d’EY présentes dans plus de 150 pays instaurent la confiance au moyen de la certification et aident les clients à prospérer, à se transformer et à exercer leurs activités. Que ce soit dans les services de certification, de consultation, juridiques, de stratégie, de fiscalité ou de transactions, les équipes d’EY posent de meilleures questions pour trouver de nouvelles réponses aux enjeux complexes du monde d’aujourd’hui.

EY désigne l’organisation mondiale des sociétés membres d’Ernst & Young Global Limited, lesquelles sont toutes des entités juridiques distinctes, et peut désigner une ou plusieurs de ces sociétés membres. Ernst & Young Global Limited, société à responsabilité limitée par garanties du Royaume‑Uni, ne fournit aucun service aux clients. Des renseignements sur la façon dont EY collecte et utilise les données à caractère personnel ainsi qu’une description des droits individuels conférés par la réglementation en matière de protection des données sont disponibles sur le site ey.com/fr_ca/privacy-statement. Les sociétés membres d’EY ne pratiquent pas le droit là où la loi l’interdit. Pour en savoir davantage sur notre organisation, visitez le site ey.com.  Suivez-nous sur Twitter @EYCanada.

Ce communiqué a été publié par Ernst & Young s.r.l./S.E.N.C.R.L.

À propos du sondage

Dans un souci de comprendre le paysage des services financiers, EY s’est associée à TrueChoice pour sonder 1 000 clients des services bancaires canadiens sur leurs préférences, leurs facteurs décisionnels, leurs perceptions de la valeur et leurs attentes à l’égard du partage des données, dans le but d’en apprendre plus sur les attentes en évolution des consommateurs et les tendances émergentes au moment où nous faisons la transition à un système bancaire ouvert.